Les grandes attentes du biathlon tchèque

Nouvelle discipline reine parmi les sports d’hiver désormais en République tchèque avec le traditionnel hockey sur glace, le biathlon a repris ses droits le week-end écoulé avec la première étape de la Coupe du monde. En l’absence de leur grande vedette Gabriela Koukalová, blessée, les relais tchèques ont toutefois déçu lors des deux premières épreuves disputées à Östersund (Suède). Ce sont pourtant de nouvelles médailles qui seront attendues en février prochain aux Jeux olympiques à Pyeongchang.

Michal Šlesingr et Michal Krčmář, photo: ČTKMichal Šlesingr et Michal Krčmář, photo: ČTK Si le grand public tchèque a appris à apprécier le biathlon, dont toutes les épreuves de Coupe du monde et des grands championnats sont diffusées en direct par la Télévision publique, c’est parce que ses représentants gagnent et ramènent régulièrement, depuis quelques saisons déjà, des médailles au pays. Un peu moins d’un an après des Mondiaux à Hochfilzenen (Autriche), qui ont confirmé avec quatre médailles que la République tchèque comptait désormais bien parmi les nations fortes d’une discipline suivie par un public de plus en en plus nombreux, les attentes sont donc grandes, et même très grandes avec la perspective des JO dans quelques mois, comme en est bien conscient Michal Krčmář :

« Les attentes du public sont un facteur de motivation. Si les gens nous suivent et nous supportent, c’est parce que nous avons su leur procurer du plaisir à travers nos résultats ces dernières saisons. Nous n’allons quand même pas nous plaindre de cet intérêt, surtout que la préparation a été longue… Cela fait six mois que nous nous entraînons, je décomptais les jours qui restaient jusqu’au début de saison, je suis donc très heureux de reprendre la compétition. »

Ondřej Rybář, photo: +ČTKOndřej Rybář, photo: +ČTK Cette reprise ne s’est toutefois pas passée comme espérée. Dans le relais mixte simple samedi ou le relais mixte dimanche, les Tchèques ont dû se contenter des 10e et 13e places, très loin donc des vainqueurs autrichiens et norvégiens. L’entraîneur tchèque Ondřej Rybář ne cachait pas sa déception de n’avoir pu se mêler à la lutte pour une place sur le podium dans aucune des deux courses :

« Il ne s’agit pas de se taper sur l’épaule et de se dire qu’on fera mieux la prochaine fois. Des fois, il est utile aussi de se dire les choses comme elles sont. Oui, on espérait mieux. En même temps, c’était la première étape de la saison. La performance a été décevante, mais ce n’est pas une tragédie non plus. Tout le monde est nerveux en début de saison. Beaucoup de choses ont été dites et écrites ces derniers jours, le public et les médias attendent beaucoup de nous, mais il faut garder la tête froide. La saison sera longue. »

Côté tchèque, ce début de saison est marqué aussi par l’absence de Gabriela Koukalová. Triple médaillée aux championnats du monde la saison dernière, avec notamment un sacre en sprint, et vainqueur de deux petits globes de cristal en Coupe du monde, la Tchèque souffre d’une blessure à un mollet qui l’handicape fortement dans sa préparation :

Les biathlètes tchèques : Lucie Charvátová, Michal Šlesingr, Veronika Vítková, Michal Krčmář, Eva Puskarčíková et Ondřej Moravec, photo: ČTKLes biathlètes tchèques : Lucie Charvátová, Michal Šlesingr, Veronika Vítková, Michal Krčmář, Eva Puskarčíková et Ondřej Moravec, photo: ČTK « Mes pensées sont surtout tournées vers les Jeux. Je me rassure en me disant qu’une pause même forcée est parfois un mal pour un bien. Le problème est que je ne me suis pas beaucoup entraînée depuis cet été et que j’ai pris beaucoup de retard dans ma préparation. Pour un sportif, c’est toujours la pire des situations. Il faut savoir prendre son mal en patience, mais vous êtes impuissant face à la blessure. Je n’ai donc pas d’ambitions précises pour l’instant. Peut-être serais-je déjà contente de pouvoir tout simplement participer aux Jeux. »

En attendant, la Coupe du monde se poursuivra avec cette fois les épreuves individuelles toujours en Suède.