Le jubilé réussi de Rosický

Malgré un terrain détrempé par la pluie, la fête a été belle. Six mois après son dernier match sous les couleurs du Sparta Prague, Tomás Rosický a organisé son jubilé devant le public de son club formateur samedi. Ses anciens coéquipiers de l’époque glorieuse en équipe nationale, mais aussi de Dortmund et d’Arsenal avaient répondu à l’invitation.

Tomáš Rosický, photo: Ondřej Deml / ČTKTomáš Rosický, photo: Ondřej Deml / ČTK C’était son dernier match, et c’est peut-être pour cette raison que le ciel de Prague a déversé un seau de larmes sur le stade de Letná samedi après-midi. La faute à un violent orage, le coup d’envoi du jubilé de Tomáš Rosický a dû être retardé d’une heure. Cela n’a finalement pas empêché une sélection tchèque dans laquelle figuraient notamment Karel Poborský, Jan Koller ou encore Petr Čech d’affronter une équipe composée d’anciens coéquipiers du « Petit Mozart » à Dortmund et à Arsenal, parmi lesquels Jens Lehmann, Robin van Persie, Cesc Fabregas, mais aussi les Français Mathieu Flamini, Bacary Sagna ou Gaël Clichy. L’idée était bien évidemment de rendre un dernier hommage à un jouer certes fragile, dont la carrière a été polluée par les blessures, mais qui compte assurément parmi les meilleurs et les plus beaux à voir jouer de l’histoire du football tchèque. Et au coup de sifflet final, Tomáš Rosický était ravi d’avoir fait ses adieux devant un stade plein et le public de son club formateur :

« Les conditions météo nous ont d’abord fait très peur, mais je pense que cela a été une soirée fantastique. J’en ai profité au maximum, et j’espère que cela a plu au public aussi. Je tiens à remercier les gens d’être restés malgré la pluie, l’ambiance a été excellente et cela a été une belle fête. Mes amis sont venus du monde entier, cela a aussi été un immense plaisir de retrouver tous mes anciens coéquipiers en équipe nationale. Cela restera un grand souvenir ! »

Gardien de la sélection tchèque, Petr Čech était comme tout le monde très heureux d’avoir pu répondre au rendez-vous :

Petr Čech, photo: Ondřej Deml / ČTKPetr Čech, photo: Ondřej Deml / ČTK « Je trouve que c’est une bonne chose d’organiser ce genre de match. Des joueurs comme Pavel Nedvěd ou Karel Poborský n’ont pas eu cette chance et c’est dommage. Il est toujours agréable pour tout le monde de se retrouver de la sorte. Bien sûr, c’est aussi l’occasion de rappeler tout ce qu’il a réalisé durant sa carrière et de faire des adieux officiels. »

Désormais dirigeant au Sparta Prague, Tomáš Rosický n’a pas quitté le milieu du football. Mais comme le rappelle Petr Čech, qui aura été son partenaire tant en équipe nationale que sous le maillot d’Arsenal, l’image qui restera du meneur de jeu est d’abord celle d’un surdoué :

« En quinze années de carrière en Premier League, j’ai joué avec de nombreux supers joueurs, et Tomáš fait très certainement partie des tout meilleurs parmi eux. C’est le type de joueur dont vous savez que vous pouvez attendre quelque chose d’exceptionnel à chaque fois qu’il a le ballon. Beaucoup de monde se souvient surtout de ses multiples blessures, mais on oublie une chose : à chaque fois Tomáš en est revenu, et cela démontre combien il était fort mentalement, combien il aime le football et tous les sacrifices qu’il était prêt à faire pour le pratiquer. »

Tomáš Rosický, photo: Michal Kamaryt / ČTKTomáš Rosický, photo: Michal Kamaryt / ČTK