Le sport en Tchéquie Josef Masopust, le plus grand footballeur tchèque du XXe siècle, est mort

29-06-2015 16:08 | Guillaume Narguet

Il possédait le respect des plus grands de son époque : de Pelé à Eusebio, et plus généralement de tous les partenaires et adversaires avec lesquels il a joué ou dont il a croisé le chemin sur les terrains du monde entier. Elu meilleur footballeur tchèque du XXe siècle, Josef Masopust était l’incarnation-même de l’image, peut-être d’Epinal, que l’on se fait du champion modèle, pour son sens du fair-play et sa modestie. Premier footballeur tchèque et de l’Europe de l’Est à avoir reçu le Ballon d’or en 1962, 41 ans avant Pavel Nedvěd, Josef Masopust est décédé ce lundi à Prague de suites d’une longue maladie. Il était âgé de 84 ans. Le 9 février 2011, Radio Prague avait consacré un reportage à Josef Masopust à l’occasion de ses 80 ans… Exceptionnellement, en ce triste jour pour le sport tchèque, nous vous proposons de le réécouter ou de le relire.

Télécharger: MP3

Le but de Masopust en finale du Coupe du monde 1962, photo: ČTLe but de Masopust en finale du Coupe du monde 1962, photo: ČT 15e minute de la finale de la Coupe du monde en juin 1962 à l’Estadio National de Santiago du Chili : l’envoyé spécial de la Radio tchécoslovaque est euphorique. Contre le Brésil champion en titre, la Tchécoslovaquie vient d’ouvrir le score grâce à un but de son meneur de jeu Josef Masopust.

« J’aurais préféré marquer non pas le premier mais le dernier but de ce match, le but victorieux qui nous aurait permis de ramener la coupe chez nous, en République socialiste tchécoslovaque. »

Josef Masopust, photo: Jan Kaliba, ČRoJosef Masopust, photo: Jan Kaliba, ČRo Buteur malheureux d’une finale de Coupe du monde finalement remportée par le Brésil 3 à 1, la deuxième finale perdue par la Tchécoslovaquie après une première contre l’Italie en 1934, Josef Masopust aura de quoi se consoler quelques mois plus tard. A Prague, avant le coup d’envoi d’un quart de finale de Coupe d’Europe des clubs champions avec son club du Dukla contre le grand Benfica d’Eusebio, il reçoit le Ballon d’or France Football récompensant le meilleur joueur européen de l’année 1962. A l’époque, un an avant le légendaire gardien soviétique Lev Yachine, Josef Masopust est le premier joueur d’un pays d’Europe de l’Est à se voir attribuer le prestigieux trophée. Correspondant du magazine France Football en République tchèque depuis de nombreuses années, Stanislav Hrabě explique quelle est la place de Josef Masopust dans la riche histoire du football tchèque :

Josef Masopust, photo: Study1919 / Klub přátel Josefa Masopusta, CC BY-SA 4.0 InternationalJosef Masopust, photo: Study1919 / Klub přátel Josefa Masopusta, CC BY-SA 4.0 International « Josef Masopust a été élu joueur du siècle, mais les comparaisons sont toujours difficiles et injustes. Qui a été le meilleur ? Masopust ou Nedvěd ? Pelé ou Maradona ? Ce sont des questions auxquelles il n’y a pas de réponse. Seulement des spéculations. A mon avis, Masopust fait partie des grands joueurs de l’histoire. »

Elu meilleur joueur tchèque du XXe siècle en 2000, Josef Masopust a marqué la mémoire des amateurs de foot d’abord grâce à son élégance sur le terrain. Stanislav Hrabě :

« Le grand écrivain Ota Pavel a écrit : ‘Masopust ? C’est bizarre. Ce n’est pas un buteur. Il n’est pas rapide.’ C’était un meneur de jeu, un organisateur, un chef. Et un technicien ! Pelé a dit : ‘Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas un Européen, ce n’est pas un Tchèque. C’est un Brésilien ! Pourquoi il n’est pas des nôtres comme Didi, comme Garrincha ?’ Masopust était donc un formidable technicien et un grand meneur de jeu. »

Ses slaloms entre ses adversaires, sa conduite de balle tête droite et levée ou encore ses passes millimétrées restent, un demi-siècle plus tard, bien présents dans le souvenir de tous ceux qui ont eu le privilège de voir évoluer Masopust depuis les tribunes, de jouer à ses côtés ou même dans le camp opposé. Un temps que pas seulement les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais dont le célèbre attaquant portugais Eusebio, lui, se souvient bien. Sacré à son tour Ballon d’or trois ans après Masopust, Eusebio était présent à Prague cette semaine à l’occasion des nombreuses cérémonies qui ont accompagné la célébration des 80 ans de son ami Josef :

Josef Masopust et Eusebio, photo: Klub přátel Josefa MasopustaJosef Masopust et Eusebio, photo: Klub přátel Josefa Masopusta « C’est pour moi un grand plaisir d’être présent. Lorsque j’ai appris que Josef allait fêter ses 80 ans, j’ai décidé de venir en personne. Je suis un peu plus jeune que lui, mais je considère que Masopust était un bien meilleur footballeur que moi. Lui, son rôle sur le terrain était plus compliqué que le mien. Il devait créer, organiser le jeu, alors que moi je me contentais de finir les actions et de marquer des buts. J’ai beaucoup d’admiration pour lui, c’est pour cette raison que je suis vraiment très heureux d’être ici et que je souhaite à mon ami de vivre encore de nombreuses années. »

Eusebio, Franz Beckbenbauer, Alfrédo di Stefáno, Pelé : autant de grands noms du jeu qui, dans les années 60, ont croisé le chemin de Josef Masopust sur les stades d’Europe et du monde et qu’une sincère amitié continue de lier aujourd’hui encore. Stanislav Hrabě le confirme:

« Pelé a dit : ‘C’est un grand geste sportif. Masopust est un chevalier du football !’ »

Josef Masopust, photo: ČTKJosef Masopust, photo: ČTK Ce geste de fair-play qui a valu à Josef Masopust l’admiration de Pelé et ce surnom de « Chevalier du football » remonte également à la Coupe du monde 1962. Deux semaines avant la finale contre le Brésil, lors d'un match de poule opposant les Tchécoslovaques aux mêmes adversaires, Masopust se retrouve face au grand Pelé, victime d'une blessure musculaire, et s’arrête, conscient du handicap de son vis-à-vis, pour permettre au « roi » de faire une passe. Pelé lui rend la politesse en mettant le ballon en touche…

Alors, forcément, ses talents de footballeur hors pair et sa qualité de gentleman valent aujourd’hui à Josef Masopust de nombreux honneurs. Le petit monde du football tchèque a décidé de mettre les petits plats dans les grands : une statue grandeur nature va donc été installée devant l’entrée du stade du Dukla de Prague, théâtre de ses exploits autrefois, un film documentaire est en cours de réalisation et une exposition sera bientôt inaugurée au Musée national. Rien que ça pour un homme qui aurait préféré fêter ses 80 ans dans l’intimité de son modeste appartement pragois :

Josef Masopust, photo: David Sedlecký, Wikimedia CC BY-SA 3.0Josef Masopust, photo: David Sedlecký, Wikimedia CC BY-SA 3.0 « Je ne m’en suis pas encore remis. Je ne m’attendais absolument pas à tout cela. Je pense que c’est exagéré. On a même érigé une statue à mon effigie alors que je ne suis pas encore mort ! Vous savez, je ne suis qu’un footballeur, un joueur parmi les milliers qui ont porté le maillot de la Tchécoslovaquie. C’est pourquoi j’estime que c’est trop d’honneurs pour une seule personne. »

Une personne qui serait toutefois sans doute devenue une vedette mondiale du jeu si le régime politique de l’époque en Tchécoslovaquie ne l’avait pas empêché de rejoindre les plus grands clubs européens. Un footballeur hors du commun qui a su rester un homme comme les autres, et c’est aussi ce que les anciennes générations de Tchèques amoureux de foot ont voulu rappeler aux plus jeunes.

 

Rediffusion du 09/02/2011

Partager

à découvrir

Articles les plus lus

Autres articles publiés

Foot – Euro espoirs – Jan Suchopárek : « Terminer avec la meilleure attaque et être éliminés est une grosse déception »

Guillaume Narguet

Tchéquie - Danemark, photo: ČT Sport Organisée en République tchèque, la phase finale du championnat d’Europe espoirs de football connaît ses deux finalistes. Ce mardi,...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français