Foot – Championnat tchèque : qui pourra donc arrêter Plzeň ?

Le championnat de République tchèque de football arrive bientôt à son tiers. A l’issue de la 9e journée disputée ce week-end, le Viktoria Plzeň, leader toujours invaincu, a conservé sa confortable avance en tête du classement. Devant le surprenant Sigma Olomouc et le Slavia Prague, tous deux victorieux eux aussi, et un Sparta Prague qui continue d’alterner les hauts et les bas et de s’enfoncer dans la crise.

Michael Krmenčík (à droite), photo: ČTKMichael Krmenčík (à droite), photo: ČTK Neuf journées, neuf victoires : le Viktoria Plzeň poursuit son sans-faute en tête de l’HET Liga. En s’imposant contre les Bohemians Prague (2-1) dimanche devant son public, le club de Bohême de l’Ouest a non seulement maintenu ses poursuivants à distance, mais aussi égalé le record de victoires consécutives dans l’histoire du championnat tchèque, qui avait été établi par le Sparta Prague en 2011. Comme souvent depuis le début de saison, Plzeň a toutefois souffert pour venir à bout de vaillants Bohemians. Menés au repos, les hommes de l’ancien sélectionneur Pavel Vrba ont réagi en deuxième mi-temps. Après l’égalisation tout d’abord de son avant-centre international Michael Krmenčík (53e), c’est finalement son défenseur Milan Havel qui, de la tête, a offert les trois points au Viktoria en fin de match (83e). Ancien joueur des Bohemians, Milan Havel avait le triomphe modeste au terme des quatre-vingt-dix minutes :

Milan Havel a offert les trois points au Viktoria en fin de match, photo: ČTKMilan Havel a offert les trois points au Viktoria en fin de match, photo: ČTK « J’ai préféré ne pas célébrer mon brut par respect pour le club qui m’a formé et ses supporters. Mais je suis bien sûr très heureux que mon but nous ait permis de gagner. Aujourd’hui, l’entraîneur nous a davantage félicités pour notre cœur et notre combativité que pour la qualité de notre jeu. Malgré tout, ce sont trois points qui comptent comme les autres. »

Trois jours après son succès en Ligue Europa contre les Israéliens de l’ Hapoël Beer-Sheva (3-1), cette nouvelle victoire a clos une semaine parfaite pour Plzeň. C’est donc dans des conditions idéales que le Viktoria pourra se préparer à son déplacement à Prague pour y affronter le Sparta dans ce qui sera le match au sommet de la 10e journée dans quinze jours, après la trêve internationale.

Un match qui, pour le Sparta, sera sans doute la dernière occasion de se relancer dans une course au titre de champion de plus en plus improbable. Tenu en échec (0-0) sur la pelouse du Dukla samedi soir dans un des nombreux « petits » derbys pragois qui figurent au calendrier, le Sparta a enregistré son cinquième match sans victoire en championnat depuis le début de saison.

Avec seulement quinze points récoltés en neuf journées, Rio Mavuba, Jonathan Biabiany, les deux Français alignés samedi au coup d’envoi, et leurs partenaires sont loin du compte ; très loin même puisqu’ils possèdent déjà douze points de retard sur le Viktoria Plzeň. Un bilan très insuffisant, comme en est bien conscient l’entraîneur italien du Sparta, Andrea Stramaccioni :

« Le Viktoria gagne tous ses matchs et c’est incontestablement le meilleur moyen pour remporter le titre de champion… Mais nous savons tous très bien que nous avons la possibilité de réduire l’écart qui nous sépare d’eux lors de la prochaine journée. Ce sera un grand match devant notre public et tous les joueurs du Sparta voudront montrer contre Plzeň ce dont ils sont capables. »

Václav Kadlec, photo: ČTKVáclav Kadlec, photo: ČTK Si la motivation ne manquera pas dans leurs rangs pour une rencontre qui s’annonce très tendue, les joueurs du Sparta semblent toutefois déjà résignés à ne plus devoir jouer que les seconds rôles cette saison, comme le trahissent les propos de l’attaquant Václav Kadlec :

« Il ne faut pas trop rêver et arrêter de dire que l’on joue encore pour le titre. Plzeň a déjà une grande avance et c’est une équipe qui gagne même quand elle joue moins bien et qu’elle ne le mérite pas forcément. Plzeň tient son sort entre les mains. Si le Viktoria reste aussi régulier qu’il l’est depuis le début de saison, je ne vois pas comment le titre pourrait lui échapper. »

Très contesté par les médias et des supporters qui aimeraient voir leur club enfin retrouver le haut de l’affiche, l’entraîneur Andrea Stramaccioni, à l’origine de l’arrivée de nombreux joueurs étrangers à l’intersaison, a été contraint, après la nouvelle contre-performance contre le Dukla, de répondre à la question posée en conférence de presse de savoir s’il envisageait de démissionner de ses fonctions :

« Je fais mon travail du mieux que je peux et je n’ai jamais rien abandonné dans la vie. Nous sommes bien sûr très déçus ce soir, car nous voulions enchaîner après notre victoire convaincante contre Teplice la semaine dernière. Le problème est que nous n’avons bien joué qu’en première mi-temps et ce n’est pas suffisant. En deuxième mi-temps, nous avons perdu trop de ballons, ce qui nous a empêchés d’espérer mieux en fin de match. »

C’est en revanche dans les dernières minutes de son déplacement à Jihlava que le Sigma Olomouc s’est imposé (1-0), signant ainsi sa sixième victoire de la saison. Deuxième et premier poursuivant du Viktoria Plzeň avec sept points de retard, le promu morave est l’équipe surprise de cette première moitié de saison. Olomouc devance même le Slavia Prague.

Tomáš Necid (à droite), photo: ČTKTomáš Necid (à droite), photo: ČTK Troisième à huit points du leader, le club de la capitale, qui a signé son trente-cinquième match d’affilée sans défaite en championnat, a facilement disposé de Brno dimanche devant ses supporters (2-0). Trois jours après son résultat nul ramené de son long déplacement à Astana en Ligue Europa (1-1), le Slavia a toutefois eu besoin d’un paquet d’occasions avant de trouver la faille et de faire la différence au tableau d’affichage face à la lanterne rouge. Auteur des deux buts de son équipe, l’attaquant Tomáš Necid préférait donc retenir l’essentiel :

« Nous avons bien joué. Brno était regroupé très bas dans son camp, mais nous avons bien combiné et nous sommes procurés beaucoup d’occasions. Le plus dur aujourd’hui était d’ouvrir le score. Il a fallu être patient. Les deux buts ont récompensé nos efforts, même si nous aurions pu nous imposer plus largement. L’important était de ne pas accumuler plus de retard encore sur Plzeň et de prendre les trois points de la victoire. C’est ce que nous avons fait, nous pouvons donc être satisfaits. »

Les supporters du champion en titre s’inquiètent toutefois de voir Plzeň maintenir sa cadence en tête du classement. Paradoxalement, c’est donc le grand rival du Sparta qu’ils soutiendront lors de la prochaine journée en espérant un premier revers du Viktoria. Un faux-pas sur lequel ne cracherait pas non plus l’entraîneur pragois Jaroslav Šilhavý :

Jaroslav Šilhavý, photo: ČTKJaroslav Šilhavý, photo: ČTK « Il est évident que Plzeň a déjà un grand avantage. Mais dans le système à trois points, tout reste possible. Il reste encore les deux tiers du championnat devant nous. Il suffit que Plzeň perde une fois, que nous remportions notre confrontation directe, et nous serons pratiquement revenus à sa hauteur. A condition bien entendu de ne plus abandonner de points comme nous l’avons fait depuis le début de saison. Plzeň a donc une belle avance, mais je ne pense pas que les rattraper soit impossible. »

Après la trêve internationale au cours de laquelle la République tchèque recevra Saint-Marin avant de se déplacer au Kazakhstan pour ses deux derniers matchs de groupe comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde, le championnat national reprendre ses droits à la mi-octobre. Avec donc l’affiche Sparta-Plzeň au programme…