Entretien avec Šimon Pánek, directeur de l’ONG People in need

Il est celui que Václav Havel aimerait voir succéder à Václav Klaus à la présidence de la République. Ancien leader étudiant à l’époque de la révolution de velours Šimon Pánek dirige l’organisation non-gouvernementale Člověk v tísni-People in need, l’ONG tchèque la plus connue et très active en matière d’aide humanitaire, qui réalise des projets de développement à long terme et soutien les efforts de démocratisation et le respect des droits de l’homme. L’organisation a été fondée en 1992, compte des centaines d’employés et développe ses activités dans plus de 40 pays du monde. A l’origine de la création de cette organisation, Šimon Pánek, à l’époque étudiant à la Faculté de sciences naturelles, et quelques uns de ses amis ont organisé une collecte pour les victimes du tremblement de terre en Arménie en 1988.

Šimon PánekŠimon Pánek « En décembre 1988 l’Allemagne, les Etats-Unis, la France et même la Roumanie ont apporté leur aide en Arménie. Nous avions un peu honte que la Tchécoslovaquie ne comptait pas parmi les pays qui apportaient de l’aide. Nous, trois étudiants, avons décidé de nous rendre à l’Ambassade de l’Union Soviétique, sans demander l’autorisation. Les autorités soviétiques nous ont promis d’organiser le transport de l’aide humanitaire vers Erevan avec la compagnie aérienne Aeroflot. Le tremblement de terre en Arménie, 1988Le tremblement de terre en Arménie, 1988 Par la suite nous avons annoncé au bulletin d’information de la télévision tchécoslovaque une collecte organisée dans ce but. Personne ne se posait de questions et tout allait très vite. Il n’y a pas eu de réaction négative de la part de l’Etat mais j’estime que quelques années plus tôt ce geste aurait été considéré comme une manifestation exagérée de liberté et une activité indépendante. »

Le tremblement de terre en Arménie, 1988Le tremblement de terre en Arménie, 1988 Jusqu’à fin 1988, en plus des tonnes de matériel sanitaire, de vêtements, couvertures etc., 15 millions de couronnes destinés à l’aide en Arménie ont été collectés. Dans les années 1990, après la chute du communisme en 1989, d’autres activités ont été réalisées : des convois humanitaires ont été envoyés dans le Haut-Karabakh, en Bosnie-Herzégovine, donc surtout dans les zones de guerre. Šimon Pánek :

« C’est vrai, nous avons commencé comme une équipe qui apportait de l’aide en premier lieu dans les pays en guerre, nous n’étions pas d’accord avec la politique européenne dont l’objectif n’était pas de trouver une solution, surtout dans le cas des guerres en Bosnie-Herzégovine, mais de camoufler le problème et prolonger le statu quo. Les hommes politiques, au lieu de négocier, ouvraient des passerelles humanitaires et, par exemple, au lieu de soutenir l’intervention militaire en 1992, François Mitterrand a ouvert le corridor humanitaire à Sarajevo. Sarajevo, 1993, photo: James MasonSarajevo, 1993, photo: James Mason Pendant trois ans, les gens ont vécu dans une ville encerclée, recevait de la nourriture et de l’aide mais mourraient chaque jour car aucune solution pour régler le conflit n’a été trouvée. Nous ne pouvions pas agir car nous ne sommes ni des soldats ni des hommes politiques. Nous pouvions juste venir avec une aide, tourner des films documentaires, prendre des photos, écrire des articles. D’ailleurs au début notre groupe s’appelait L’équipe humanitaire des reporters. On avait donc deux casquettes. »

Dans les années 2000-2005 People in need était une des principales organisations humanitaires en Tchétchénie et la première à avoir passé indépendamment un chargement important de denrées alimentaires alors que le pays était encore en pleins combats intensifs. En cinq ans des projets d’un montant de 600 millions de couronnes tchèques ont été réalisés. Malgré le succès, la mission a été supprimée sous la pression de la Russie.

« C’était une situation spécifique. Il est bien connu qu’au cours de toutes ces années, notre objectif était non seulement d’apporter une aide mais aussi d’informer discrètement sur les brutalités, la violence et les violations des droits de l’homme en Tchétchénie. Jouait également contre nous le travail de journalistes tchèques comme Petra Procházková et Jaromír Štětina. Et ensuite nous avons eu la poisse : la directrice du Centre pour femmes à Grozny a caché son frère, qui était combattant tchétchène, donc contre Moscou, dans la cave du bâtiment. Dans le Caucase il est naturel que les relations familiales soient plus fortes que la loyauté vis-à-vis de l’employeur. Mais nous avons réussi à ne pas nous faire expulser et nous avons réussi à développer une stratégie de départ volontaire.
Réfection de l'école, Tchétchénie, photo: www.clovekvtisni.czRéfection de l'école, Tchétchénie, photo: www.clovekvtisni.cz Avec l'aide du Ministère tchèque des Affaires étrangères qui nous a fait pleinement confiance, nous avons négocié jusqu'au niveau des services secrets russes et il a été promis que si les procès relatifs à cet acte apportaient la preuve que People in need n’avait pas eu de relations avec les combattants tchétchènes, le permis de travail nous serait rendu. Ce qui est finalement arrivé en 2007. »

Les inondations en Moravie, 1997Les inondations en Moravie, 1997 Aux débuts de People in need en République tchèque, parmi les activités les plus importantes en dehors des expositions, des conférences, du travail des médias ou des informations sur des zones de guerre, il y a eu les opérations de sauvetage au cours des inondations en 1997 qui ont touché la Moravie. Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri, des dizaines de personnes ont perdu la vie et des centaines de maisons se sont écroulées.

Le festival du film Jeden Svět/One WorldLe festival du film Jeden Svět/One World « Il est clair qu’il nous fallait agir aussi chez nous. Nous avons organisé une collecte et nous avons commencé à travailler sur le terrain de la même façon que nous travaillons dans les zones en pleine crise. Puis d’autres activités à long terme se sont ajoutées telles que le festival du film Jeden Svět/One World, fondé en 1998, ou les activités dans les localités socialement exclues, habitées surtout par le Roms. Les premières activités de ce genre se sont déroulées dans les années 1997-1998 au cours de la construction du mur devnu célèbre de la rue Matiční, à Ústí nad Labem. Le travail dans les localités socialement exclues, photo: www.clovekvtisni.czLe travail dans les localités socialement exclues, photo: www.clovekvtisni.cz Actuellement c’est une section importante comptant plus de 100 employés actifs dans plus de 20 quartiers dans plusieurs villes et communes et dans 40 localités socialement exclues. La section a de plus en plus de partenariats avec les mairies, les écoles et la police car la solution à l’exclusion sociale réside dans la coopération au niveau local et non sur le plan central au niveau des ministères. »

Les 'Dames en blanc' , mères, sœurs ou épouses des prisonniers politiques de Cuba, photo: www.clovekvtisni.czLes 'Dames en blanc' , mères, sœurs ou épouses des prisonniers politiques de Cuba, photo: www.clovekvtisni.cz Les droits de l’homme font partie des activités de l’organisation People in need. En ces termes l’organisation agit depuis la fin des annees 1990 p.e. en Birmanie, en Biélorussie, à Cuba, en Moldavie... Comment peut ont aider les pays dirigés par des régimes autoritaires et répressifs ?

« Nous avons adopté le même système de soutien que développaient les pays occidentaux par rapport aux journalistes indépendants, intellectuels, écrivains, dissidents et aux scientifiques des pays communistes. Václav Havel au fête de l'anniversaire d'Aung San Suu Kyi, photo: www.clovekvtisni.czVáclav Havel au fête de l'anniversaire d'Aung San Suu Kyi, photo: www.clovekvtisni.czNous soutenons dans ces pays les familles des prisonniers politiques, les journalistes indépendants, en Biélorussie par exemple les juristes qui plaident la cause des dissidents et des défenseurs des droits de l’homme. Nous faisons parvenir dans ces pays beaucoup d’informations et de dossiers accessibles dans les pays libres. Ce sont les livres de Václav Havel, les recueils décrivant le passage des régimes autoritaires à la démocratie mais aussi les portables, les ordinateurs ou des objets interdits ou soumis à un contrôle sévère par les autorités. »

Au niveau européen People in need est une organisation non-gouvernementale de taille moyenne avec un chiffre d’affaire annuel de 400 millions de couronnes. Quelle est l’incidence de la crise sur les activités de l’organisation? Šimon Pánek :

La crise a forcément des conséquences dans notre secteur. Dans tous les Etats européens le financement public a été réduit pour l'année 2010. Et puis il faut aussi prendre en compte le fait que, comme on l'a vu lors des négociations sur la lutte contre le changement climatique, les Etats vont avoir recours à une manipulation comptable en comptabilisant deux fois une même aide aux pays en voie de développement - une fois comme aide au développement et une deuxième fois comme aide à la lutte contre le réchauffement climatique. La République tchèque a promis 300 millions de couronnes pour les trois prochaines années, mais cette somme comprend déjà l'aide au développement, à laquelle viendront s'ajouter les projets de lutte contre les changements climatiques.

La mission en Afghanistan qui a commencé en 2001 compte parmi les plus grandes missions, le montant s' élevant à 70 millions de couronnes tchèques en 2008. Cette mission ne comptait à l’origine que quelques employés mais est actuellement active dans 17 provinces avec 250 employés locaux et 11 employés étrangers. En Afghanistan il y a également l’équipe militaire tchèque de reconstruction et des unités de combats.

Les unités de reconstruction dans la province de LógarLes unités de reconstruction dans la province de Lógar « L’équipe de stabilisation et de reconstruction est sur place depuis deux ans et est active dans la province de Lógar où nous n’avons jamais travaillé. Nous sommes mutuellement conscients de notre présence mais il n’est pas nécessaire de se retrouver au même endroit. Au contraire, la présence des militaires tchèques est plutôt un inconvénient pour les civils. On peut facilement devenir une cible de compensation. C’est pour cela et aussi pour des raisons de sécurité nous n’avons aucun intérêt pour une telle synergie sur le même territoire. »

« Les unités de reconstruction qui apportent une aide devraient travailler en premier lieu dans les endroits où les organisations humanitaires et de développement ne peuvent pas agir pour raisons de sécurité. Là, leur présence est importante car elles réalisent des projets axés sur l’électricité, l’eau potable, les routes et d’autres projets importants pour le développement. Photo: www.army.czPhoto: www.army.czPar contre l’augmentation du nombre de soldats demandée intensément par le commandement pour l’Afghanistan aux Etats-Unis et aux autres pays membres de l’OTAN est nécessaire mais il faut essayer de trouver une voie politique de négociation avec une partie des Taliban. Je pense que la communauté internationale doit d’une part lutter pour la paix et d’autre part l’acheter en proposant la participation au pouvoir et peut-être des investissements ou de l’argent à la partie des Taliban prête à coopérer. »