Dans l’Himalaya, une ONG tchèque enseigne le hockey aux jeunes

Fonder un club de hockey pour enfants au Petit Tibet, en Inde, et participer à un tournoi international : c’est l’objectif d’un nouveau projet de l’ONG tchèque Brontosaurus dans le village de Mulbekh, au cœur de l’Himalaya.

Un divertissement alternatif pour les jeunes

Photo : Archives de l’organisation BrontosaurusPhoto : Archives de l’organisation Brontosaurus Les Tchèques sont de très grands amateurs de hockey sur glace. Il n’est donc pas étonnant qu’ils soient désireux de transmettre leur passion à d’autres nations dont les possibilités de pratiquer ce sport sont limitées. Par exemple aux habitants du Ladakh. Appelé également le Petit Tibet, cette région désertique située dans l’Himalaya, au nord de l’Inde, est le dernier lieu dans le monde où la culture tibétaine reste bien vivante.

La branche de l’organisation tchèque Brontosaurus, Brontosauři v Himalájích (Les Brontosaures dans l’Himalaya), opère depuis une dizaine d’années dans le village de Mulbekh. Des bénévoles tchèques y ont aidé par exemple à moderniser l’école locale. Ses élèves, dont le nombre a triplé ces dernières années et s’élève maintenant à 240, obtiennent régulièrement les meilleurs résultats de la région.

Jiří Sázel, photo : Ondřej TomšůJiří Sázel, photo : Ondřej Tomšů Chaque hiver, les conditions météorologiques séparent, l’espace de quelques mois, le Petit Tibet du reste du monde. Afin de rendre cette période difficile plus agréable, les Brontosaures dans l’Himalaya vont désormais enseigner aux jeunes habitants de Mulbekh à jouer au hockey sur glace. Le directeur de l’association, Jiří Sázel, présente comment est né ce projet sans équivalent :

« L’hiver à Mulbekh est très long, il dure cinq mois. Les habitants du village sont isolés car la région est inaccessible, ils s’ennuient beaucoup et cherchent à s’amuser. Ils organisent traditionnellement toute une série de fêtes et de célébrations lors desquelles on boit beaucoup d’alcool. Notre école considère comme son devoir de proposer aux jeunes un divertissement alternatif, quelque chose de nouveau. Le sport est donc idéal. Et ils sont très intéressés par la possibilité de jouer au hockey. »

L’école de Mulbek, photo : Archives de l’organisation BrontosaurusL’école de Mulbek, photo : Archives de l’organisation Brontosaurus Le hockey sur glace n’est pas tout à fait méconnu au Petit Tibet. Ce sport se développe depuis quelques années à Leh, la capitale du Ladakh. C’est aussi une des raisons pour lesquelles l’école de Mulbekh a demandé à l’ONG tchèque de proposer ce projet à ses élèves.

A Mulbekh, situé à environ 3 000 mètres d’altitude, les températures chutent en hiver au-dessous de -30 °C. Est-il donc possible de faire du sport à l’extérieur ? Jiří Sázel :

« Même si les températures atteignent les -30 °C, l’humidité est différente qu’en République tchèque. Des températures aussi basses sont donc moins difficiles à supporter car l’hiver dans cette région est sec. Nous pouvons le comparer au sauna. Nous pouvons utiliser des saunas où les températures peuvent atteindre les 90 °C car il n’y a pas d’humidité. »

Objectif : participer à un tournoi international

Photo : Archives de l’organisation BrontosaurusPhoto : Archives de l’organisation Brontosaurus Le projet devrait durer cinq ans. Son objectif est d’entraîner une équipe qui pourrait rivaliser avec d’autres équipes d’enfants en Asie. Selon Jiří Sázel, les résultats souhaités n’apparaîtront néanmoins pas du jour au lendemain mais nécessiteront un travail patient. Le directeur du projet compare cet apprentissage à celui de la conduite :

« Il n’est pas possible de commencer tout de suite avec une Ferrari. Les donateurs tchèques espèrent toujours que nous réaliserons un petit miracle avec leur argent, qu’ils soutiendront un projet inouï. Mais si vous commencez par apporter une Ferrari dans cette région, la voiture n’est pas capable de rouler sur les routes locales et personne ne sait comment la conduire car ils ne savent même pas faire du vélo. »

En juin dernier, une trentaine de bénévoles tchèques se sont rendus au Ladakh pour construire dans le village une première patinoire, mesurant 24 mètres sur 12. Ils ont également apporté l’équipement pour trente joueurs :

Photo : Archives de l’organisation BrontosaurusPhoto : Archives de l’organisation Brontosaurus « Chaque bénévole a mis dans sa valise un lot d’équipement de hockey. C’est la seule manière qui nous permet d’apporter cet équipement en Inde. Car quand vous l’envoyez par voie postale ou quand vous déclarez officiellement vouloir transporter dans le pays l’équipement pour une équipe de hockey, le colis vous est généralement volé. Nous avons ainsi réussi à apporter un équipement important. Notre école est donc actuellement la mieux équipée au Petit Tibet. De plus, comme nous essayons de faire les choses comme il le faut, il s’agit aussi, selon son directeur, de l’institution possédant la patinoire de hockey la plus sophistiquée du pays car, à la différence des autres, nous avons préparé un projet de construction et nous avons essayé de procéder de façon professionnelle. »

L’enseignement du hockey à Mulbekh commencera en janvier 2018. Le grand but de l’école, ainsi que de Jiří Sázel est de participer, d’ici cinq ans, à un tournoi international :

« Il ne s’agit pas de science-fiction car l’Inde a déjà participé à un tournoi international avec d’autres pays asiatiques. Nous voulons donc que notre équipe ou au moins quelques joueurs de cette équipe puissent participer à ce tournoi. »

Le patronage de l’ancien coach de Jaromír Jágr

Marian Jelínek, photo : Jan Sklenář, ČRoMarian Jelínek, photo : Jan Sklenář, ČRo A l’heure actuelle, l’organisation est à la recherche de bénévoles susceptibles de passer le mois de janvier dans ce petit coin de l’Himalaya, d’apprendre aux enfants à patiner et de les initier aux bases du hockey sur glace. Le projet est financé notamment grâce à différentes collectes publiques :

« Nous avons aussi des donateurs réguliers que nous appelons ‘les patrons de l’Himalaya’. Ce sont des personnes sans lesquelles nous n’arriverions pas à faire quoi que ce soit. Notre projet est aussi placé sous le patronage du célèbre entraîneur tchèque et ancien coach personnel du hockeyeur Jaromír Jágr, Marian Jelínek, qui nous aide notamment avec les méthodes de l’enseignement du hockey. Cette coopération se déroule à merveille. Marian est un mec génial, je l’apprécie beaucoup et je suis content qu’il participe à ce projet. »

L’association des Brontosaures dans l’Himalaya veut collecter et investir dans le projet cette année environ 16 500 euros. Les dons peuvent être réalisés sur le site de l’ONG : www.brontosaurivhimalajich.cz.

Le hockey n’est toutefois pas la seule activité que les bénévoles tchèques enseignent aux enfants de Mulbekh. D’autres projets visent à apprendre aux jeunes habitants de ce village les technologies de l’information, le management ou l’anglais. L’organisation a déjà investi au Ladakh près de 300 000 euros.

Le hockey sur glace en Inde et au Ladakh
Si l’on en croit les sources historiques, le hockey a fait son apparition en Inde il y a 150 ans de cela, grâce aux colonisateurs britanniques. Le premier club au Ladakh, le Ladakh Winter Sports Club, n’a toutefois été fondé qu’en 1995. Cette année, pour la première fois, une équipe toute nouvelle du Petit Tibet a participé à une compétition internationale réunissant des équipes de toute l’Asie. En 2018, les hockeyeurs de la capitale ambitionnent de postuler pour un record au Guinness Book en disputant un match à la plus haute altitude au monde.