Trois journalistes d’investigation s’estiment victimes d’intimidation de la part de la police

Trois journalistes d’investigation tchèques, Jaroslav Kmenta du magazine Reportér, Janek Kroupa de la Radio publique tchèque et Sabina Slonková du site Neovlivni.cz s’estiment victimes de tentatives d’intimidation de la part de la police et du GIBS, le service d’inspection des forces de police. Ils disent avoir été convoqués pour faire des dépositions à plusieurs reprises ces derniers mois, en lien avec des affaires concernant le Premier ministre démissionnaire Andrej Babiš (ANO). Les trois journalistes ont choisi de publier une déclaration officielle, à laquelle l’inspection des services de police n’a réagi qu’en admettant l’existence d’une enquête sur la possible fuite d’informations concernant des dossiers en cours.

Les trois journalistes disent avoir reçu des convocations à répétition alors qu’ils avaient déjà fait des dépositions auparavant : « Nous sommes persuadés que cette enquête a pour but de nous intimider, nous et nos sources, et de nous dissuader de continuer notre travail, » écrivent-ils. Le Premier ministre Andrej Babiš fait actuellement l’objet d’une enquête pour fraude aux subventions européennes dans l’affaire dite du nid de cigognes.