Sommet de l’OTAN : selon son ambassadeur, la République tchèque n’a « pas à rougir » de sa participation

La République tchèque a présenté à l’OTAN un plan qui prévoit une augmentation du budget consacré aux dépenses de défense, dont le partage entre pays membres est au cœur du sommet de l’Alliance atlantique qui se tient à Bruxelles ces mercredi et jeudi. Représentant permanent de la République tchèque auprès de l’OTAN, Jiří Šedivý a déclaré que la République tchèque n’avait « pas à rougir » de ses propositions.

Concrètement, le gouvernement prévoit d’investir dans la modernisation de ses forces armées et d’engager un nombre plus important de soldats tchèques dans les missions à l’étranger sous la tutelle de l’OTAN. « Nous avons stoppé la réduction [des dépenses] et les avons même augmentées en nombres réels ces trois dernières années », a affirmé Jiří Šedivý, et ce alors que Prague compte parmi les capitales des pays européens membres n’ayant pas reçu de lettre de Washington reprochant une contribution insuffisante au budget de l’OTAN. En 2017, la République tchèque n’a pourtant consacré que 1,04 % de son PIB aux dépenses militaires, restant ainsi très loin du minimum des 2 % demandé à chaque pays membre.