Selon la Cour constitutionnelle, le hacker russe Nikouline ne peut pour l’instant être extradé ni vers la Russie, ni vers les Etats-Unis

La Cour constitutionnelle a rendu un verdict, ce mardi, dans l’affaire du supposé hacker russe Evguéni Nikouline. Les juges ont estimé que celui-ci ne pouvait pas pour l’instant être extradé ni vers la Russie, ni vers les Etats-Unis. La Cour a ainsi ajourné la force exécutoire de la décision prise précédemment par le Tribunal municipal de Prague, qui avait jugé qu’une extradition était possible dans les deux pays. L’ajournement durera tant que la plainte déposée par Evguéni Nikouline n’aura pas été examinée par la Cour constitutionnelle.

Actuellement en détention préventive, Evguéni Nikouline, 30 ans, a été arrêté à Prague par la police tchèque et le FBI en octobre 2016 après que Washington a accusé la Russie d'avoir orchestré de vastes piratages informatiques pour influencer la campagne présidentielle aux Etats-Unis. En mai 2017, le tribunal municipal de Prague avait toutefois annoncé que le supposé hacker russe pouvait être extradé vers les Etats-Unis ou vers la Russie, la décision définitive appartenant au ministre de la Justice. Suite à cette décision, Evguéni Nikouline a déposé une plainte auprès de la Cour constitutionnelle.