Quotas d'accueil des réfugiés : Babiš veut négocier avec Bruxelles

Suite à l'annonce du renvoi devant la justice européenne de trois pays dont la Tchéquie pour non-respect des quotas de relocalisation des réfugiés, Andrej Babiš (ANO), nommé ce mercredi Premier ministre, a réagi en indiquant qu'il souhaitait négocier avec Bruxelles au sujet de cette plainte. "Cette décision et le moment choisi pour l'annoncer sont très malheureux", a-t-il confié à l'agence de presse ČTK. Selon le milliardaire, les quotas d'accueil des réfugiés sont un non-sens et ne font que favoriser les partis populistes et extrémistes en Europe.

Mercredi, lors de sa nomination par le chef de l'Etat au poste de Premier ministre, le leader du mouvement ANO a indiqué qu'il souhaitait que la Tchéquie soit bien plus active au sein de l'Union européenne. Il veut notamment proposer une solution à la question migratoire en s'attaquant aux réseaux de passeurs.