Miloš Zeman : « mieux de perdre les subventions que de se soumettre aux quotas de réfugiés »

Pour le président de la République, Miloš Zeman, « il serait mieux de perdre les subventions européennes que de se soumettre au principe des quotas obligatoires de répartition de migrants ». Le chef de l’Etat, qui compte parmi les plus grands critiques tchèques de la politique migratoire européenne, l’a déclaré ce mercredi, en réaction à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne de rejeter les recours déposés par la Slovaquie et la Hongrie contre le plan de relocalisation des réfugiés.

Les gouvernements des pays du groupe de Visegrad (République tchèque, Slovaquie, Pologne, Hongrie) font l’objet de nombreux critiques pour leur refus des quotas obligatoires. La Commission européenne a lancé, en juin dernier, des procédures d’infraction contre Prague pour le non-respect de ses obligations en matière d’accueil de migrants. Selon certains pays membres de l’UE, les Etats qui ne veulent pas accueillir des réfugiés devraient perdre le droit aux subventions européennes.