Migration : Angela Merkel reconnaît qu’aucun accord n’a été passé avec la République tchèque

Angela Merkel a regretté, ce dimanche, l’incompréhension provoquée suite à son annonce, faite samedi soir, selon laquelle elle aurait conclu des accords avec quatorze nouveaux pays membres de l’Union européenne pour leur renvoyer des migrants déjà enregistrés chez eux, parmi lesquels la République tchèque, la Hongrie et la Pologne.

Prague, Budapest et Varsovie, opposés à l'accueil des migrants, ont démenti s'être entendus avec Berlin. « Comme je l'ai déjà indiqué jeudi devant le Conseil européen, l'Allemagne ne s'est pas adressée à nous et je ne signerai pas cet accord », a réagi le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, dans un communiqué, qui a par ailleurs évoqué « un non-sens total ».

Ce dimanche, la Chancelière allemande, confrontée à une crise majeure au sein de la coalition gouvernementale qu’elle dirige, a reconnu qu’il ne s’agissait encore que de discussions avec les différents pays en question.