Le Sénat se distance lui aussi des positions du président Zeman au sujet de la Crimée

Après le gouvernement mercredi, le Sénat a rejeté à son tour à une large majorité les déclarations faites par le président de la République au sujet de l’annexion de la Crimée par la Russie. Devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, mardi, Miloš Zeman a affirmé considérer cette annexion comme « un fait accompli » et conseillé à l’Ukraine de négocier avec Moscou pour des compensations en échange de la perte de la Crimée. La Chambre basse du Parlement a estimé que les propos du chef de l’Etat équivalaient à légitimer l’agression de l’armée russe, qui est une violation du droit international. Toujours selon le Sénat, le président de la République est tenu de respecter la ligne et les positions du gouvernement en matière d’affaires étrangères.

Le porte-parole du président de la République a réagi à la décision du Sénat en déclarant que Miloš Zeman n’a fait qu’exprimer « une opinion balancée et réaliste ».