Le président Zeman s’interroge sur le bien-fondé de l’existence du Sénat

Le président de la République tchèque a remis en cause l’intérêt du Sénat. Dans un entretien accordé ce mardi à la Télévision tchèque, Miloš Zeman a déclaré que l’institution parlementaire pouvait certes constituer une garantie pour le bon fonctionnement démocratique du pays, mais qu’il n’était pas convaincu que la République tchèque ait besoin d’une Chambre haute. Ces propos du chef de l’Etat interviennent trois jours après la tenue des élections sénatoriales partielles, dont le second tour a été marqué par le plus faible taux de participation (15,4%) depuis la création du Sénat en 1996. « Pour les gens, il semble qu’il importe peu si le Sénat existe ou n’existe pas. Si cela n’était pas le cas et s’ils accordaient une plus grande importance au Sénat, la participation aux élections serait plus importante. Je le regrette », a expliqué le chef de l’Etat. Selon lui, il convient de trouver une solution tant pour réduire l’abstention aux élections. Miloš Zeman est favorable à la mise en place d’un système de participation obligatoire.