Le ministre des Finances réaffirme son opposition à la hausse des salaires dans le public

Pour satisfaire la hausse des salaires envisagée dans le secteur public, la plupart des ministères ce tournent vers le cabinet des Finances pour demander la rallonge de budget nécessaire. Mais le ministre Ivan Pilný (ANO) a de nouveau refusé de céder à ces demandes. D'après lui, les augmentations demandées par les syndicats de 15% pour les professeurs et de 10% pour les autres fonctionnaires représenteraient pour l'Etat un coût de 33 milliards de couronnes, plus d'un milliard d'euros. Le déficit du budget de l'Etat serait porté à 100 milliards de couronnes, ce qui resterait en deçà de la limite des 3% du PIB fixée par Bruxelles. "Avec un tel solde en période de croissance économique record, je ne peux pas, en tant que ministre des Finances responsable, être d'accord", a-t-il déclaré.

Le gouvernement doit discuter de ce sujet lundi en conseil des ministres. Jeudi, Ivan Pilný et le Premier ministre, le social-démocrate Bohuslav Sobotka, ont affirmé qu'un accord serait trouvé avant la fin du mois de septembre. De leur côté, les syndicats se disent prêts à la grève pour que leurs revendications soient entendues.