Le ministre des Finances fait le bilan un an après l'introduction du registre centralisé des entreprises

300 000 chefs d'entreprises devraient encore être reliés au registre centralisé des recettes des entreprises (EET) en mars et en juin de l'année prochaine pour les lancements des troisième et quatrième vagues du système. C'est le ministre des Finances du gouvernement sortant, Ivan Pilný (ANO), qui l'a annoncé ce vendredi lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion du premier anniversaire de ce dispositif qui permet de tracer le paiement de la TVA et ainsi de lutter contre la fraude fiscale. Il fonctionne aujourd'hui avec 161 000 entrepreneurs.

L'opposition de droite, notamment le parti ODS, avait vigoureusement critiqué l'introduction du registre centralisé des recettes des entreprises. L'Association des hôtels et des restaurants estime que 3 000 établissements ont fermé en Tchéquie en raison de ce système et de l'interdiction de la cigarette.

Ivan Pilný considère lui que les critiques étaient infondées. D'après lui, le dispositif fonctionne bien, il n'a pas conduit des entrepreneurs à mettre la clef sous la porte et les données recueillies ne font pas l'objet d'abus. Surtout, il va permettre au budget de l'Etat de récupérer plusieurs milliards de couronnes chaque année.