Le ministre de l'Intérieur défend sa politique de non-accueil des réfugiés

Le ministre de l'Intérieur, Milan Chovanec, défend dans une lettre ouverte adressée à Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen aux affaires intérieures, sa politique restrictive en matière d'accueil des réfugiés. Le social-démocrate justifie de nouveau le refus tchèque d'un accueil basé sur le système de répartition par quotas. Selon Milan Chovanec, la Tchéquie serait en fait l'un des pays à contribuer le plus à la résolution de ladite crise migratoire, mais avec "d'autres moyens". Le ministre cite les policiers tchèques envoyés aux frontières de l'espace Schengen ainsi que l'argent envoyé à certains pays, notamment à la Jordanie ou à la Serbie.

Mercredi, l'eurocommissaire Dimitris Avramopoulos a déclaré que si la Tchéquie, la Pologne et la Hongrie ne modifiaient pas leur position sur la question des quotas, la Commission européenne pourrait porter plainte contre ces pays auprès de la Cour de justice de l'Union européenne.