La suite de la procédure d’infraction est « standard » selon Bohuslav Sobotka

Le Premier ministre a réagi à la décision prise ce mercredi par la Commission européenne de passer à l’étape suivante de la procédure d’infraction contre la République tchèque en la qualifiant de « standard ». Dans un communiqué de presse, Bohuslav Sobotka a confirmé une nouvelle fois le refus de Prague de participer à la relocalisation des migrants dans le cadre des accords européens. Comme le ministre de l’Intérieur, Milan Chovanec, le 13 juillet dernier, le chef du gouvernement a justifié la position tchèque en pointant du doigt le dysfonctionnement du système actuel, tout en mettant en cause le manque de coopération dont feraient preuve la Grèce et l’Italie. La République tchèque souhaite qu’une solution durable à la migration illégale soit trouvée. « Nous avons toujours souligné la nécessité de renforcer la surveillance des frontières extérieures de façon à ce que l’UE soit capable de se protéger », a déclaré Bohuslav Sobotka. Pour rappel, la Tchéquie a accueilli un total de douze réfugiés depuis septembre 2015 et n'a plus été active dans le domaine depuis le printemps 2016.