La diplomatie tchèque affirme que le poison utilisé dans l'affaire Skripal n'a pas fait l'objet de tests en Tchéquie

A son tour, le ministère des Affaires étrangères a réagi à la déclaration du chef de l'Etat Miloš Zeman, selon laquelle un gaz innervant de type "Novitchok" aurait bien été produit et testé en faible quantité en Tchéquie sous le nom de "A230". La diplomatie tchèque affirme que le poison utilisé dans l'affaire Skripal n'a pas fait l'objet d'expérimentations à l'Institut de recherche militaire de Brno. Le ministère, dans sa déclaration, indique que la substance dont il est question au Royaume-Uni répond à l’appellation "A234". Il exclut aussi la possibilité que le gaz testé et détruit à Brno ait pu être utilisé à des fins malveillantes.

Le ministère des Affaires étrangères précise par ailleurs que le chef de l'Etat a divulgué des informations tombant sous le coup du secret.