La Cour suprême slovaque rejette un pourvoi en cassation du Premier ministre tchèque

La Cour suprême slovaque a rejeté un pourvoi en cassation du Premier ministre tchèque Andrej Babiš, dans l’affaire qui l’oppose à l’Institut slovaque de la mémoire de la nation (ÚPN). Ce dernier accuse l’homme d’affaires d’origine slovaque et leader du mouvement ANO en République tchèque d’avoir collaboré avec la police secrète communiste (StB). Andrej Babiš a toujours nié les faits, affirmant n’avoir jamais été un agent de de la StB et que son nom de code figure de façon injustifiée dans les archives de celle-ci.

Au début de l’année, la Cour régionale de Bratislava avait rejeté la plainte d’Andrej Babiš, faisant suite au jugement de la Cour constitutionnelle qui avait annulé, en octobre dernier, un premier verdict rendu par la Cour régionale de Bratislava et la Cour suprême qui le blanchissait de toute collaboration avec le service de renseignements du régime communiste tchécoslovaque. Ce mercredi, Andrej Babiš a fait savoir qu’il allait porter plainte à la Cour européenne des droits de l’Homme.