La concurrence entre chauffeurs tchèques et français au coeur de la rencontre entre François Hollande et Miloš Zeman

La nouvelle réglementation française qui impose à tout conducteur traversant le territoire français, dont aussi des chauffeurs tchèques, d’être payés au smic, sera prochainement traité par les ministres tchèque et français de l’Industrie et du Commerce. C’est ce qu’ont annoncé le président Miloš Zeman et son homologue français François Hollande, qui effectue ce mercredi une visite en République tchèque, après leur rencontre au Château de Prague. Pour Miloš Zeman, cette mesure qui complique la situation des camionneurs tchèques, est « la seule chose qui nuit aux relations franco-tchèques ». Or, selon François Hollande, la libre circulation en Europe ne peut pas être abusée pour la violation des règles de la compétition économique. « Il faut faire différence entre le transport intérieur et international. C’est la raison pour laquelle nous demanderons à nos ministres de travailler sur une éventuelle adaptation de ce principe », a toutefois annoncé le chef d'Etat français.

Les présidents ont parlé également de la coopération économique, notamment dans les domaines de l’industrie de la défense ou de la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse. Enfin, la situation en Ukraine et en Syrie, la migration et la lutte contre le terrorisme figuraient au programme des discussions. François Hollande a notamment remercié la République tchèque d’avoir envoyé ses soldats au Mali, Miloš Zeman a pour sa part apprécié que la France ne soutienne pas l’introduction de quotas obligatoires de répartition de réfugiés.

Prévue initialement pour juillet dernier, la visite de François Hollande en République tchèque avait été annulée à deux reprises, suite aux attaques terroristes de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray. La dernière rencontre des présidents tchèque et français remonte à septembre 2014. Il s’agit également de la première visite d’un président français à Prague depuis 2011.