Andrej Babiš veut un autre candidat communiste pour le comité parlementaire de contrôle de la police

Le mouvement ANO demande au parti communiste de désigner une autre personnalité que Zdeněk Ondráček pour prendre la tête du comité parlementaire en charge du contrôle du GIBS, le service d'inspection des forces de police. C'est ce qu'a indiqué ce lundi le leader du mouvement, Andrej Babiš, qui considère que sa nomination est "problématique". Le futur Premier ministre a ainsi réagi suite à une lettre que lui a adressée le candidat à l'élection présidentielle Michal Horáček. Ce dernier a rappelé que Zdeněk Ondráček, en tant que membre du corps de la sécurité nationale (SNB), l’équivalent des CRS en France, avait participé à la répression des manifestations de novembre 1989.

L'affaire n'est pas nouvelle. Le passé de Zdeněk Ondráček, qui avait 19 ans à l'époque et étudiant dans une école de police, est souvent rappelé. Une pétition appelait à sa démission lors de son élection à la Chambre des députés en 2013 et Miroslav Kalousek, l'ancien président des conservateurs de TOP 09, l'avait un jour traité de "flic communiste", entraînant un incident à la chambre basse du Parlement.