A Varsovie, Donald Trump a affiché son attachement au pacte de défense mutuelle de l’OTAN

A la veille de sa première rencontre avec Vladimir Poutine, qui se déroule ce vendredi à Hambourg, en marge du sommet du G20, le président américain Donald Trump a sévèrement critiqué la Russie, jeudi à Varsovie, où il a entamé sa tournée européenne. Les Etats-Unis, a-t-il dit, travaillent avec leurs alliés pour s’opposer « aux actions de la Russie et à son comportement déstabilisateur », citant notamment le conflit en Ukraine, le soutien russe à l’Iran et à la Syrie.

Dans la capitale polonaise, Donald Trump a aussi affirmé son attachement à l’OTAN, dont l’expansion vers l’Est est mal vue par Moscou. « Les Etats-Unis ont prouvé, non seulement avec des mots, mais avec des actes, que nous appuyons fermement l’article 5 » du traité de l’OTAN, a dit le chef d’Etat américain, devant une quinzaine de milliers de Polonais venus l’écouter sur une place de Varsovie.

Pour le président de la Chambre basse du Parlement tchèque, Jan Hamáček, l'engagement américain à respecter l’article 5 qui porte sur la défense mutuelle représente le message clé de cette première étape de la visite de Donald Trump en Europe. Jan Hamáček a représenté la République tchèque lors de la rencontre du président des Etats-Unis avec les représentants de douze pays d’Europe centrale et orientale.

A cette occasion, Donald Trump a une nouvelle fois regretté que la plupart des pays membres de l’organisation atlantiste, à l’exception de la Pologne, ne respectaient pas leurs statuts en consacrant moins de 2% de leur PIB aux dépenses militaires. Si la République tchèque est dans ce cas de figure, Jan Hamáček a toutefois rappelé l’engagement de Prague d’atteindre un budget de l’ordre de 1,4% du PIB d’ici à 2020.