4 500 médecins ne pourrait utiliser le système d'ordonnances électroniques à temps

Environ 4 500 médecins ne pourront pas utiliser dans les temps le système d'ordonnances électroniques intitulé eRecept. C'est ce qui ressort des données de l’Institut national en charge du contrôle des médicaments (SÚKL). Ce dernier avait déjà fait savoir qu'il ne serait pas en mesure de traiter avant la fin de cette année les dossiers des médecins d'inscription au système déposés après le 24 novembre.

La loi introduisant les ordonnances électriques a été passée en 2007, mais jusqu'à présent, les docteurs pouvaient les utiliser sur une base volontaire. Les professionnels, notamment des municipalités les plus petites, se sont plaints de la charge administrative supplémentaire que représenterait pour eux ce changement. 43 000 médecins sont concernés par la réforme.