Chapitres de l'histoire Le dernier roi des Premyslides Venceslas II est mort il y a 700 ans

13-07-2005 | Jaroslava Gissübelová

L'histoire tchèque connaît plusieurs Venceslas - ducs, princes et rois. Celui dont je voudrais vous parler aujourd'hui n'est pas le plus connu d'entre eux - saint Venceslas, patron des Tchèques, que son frère, Boleslav 1er le Cruel, avide de pouvoir, a fait assassiner à Stara Boleslav en 935. C'est Venceslas II, le dernier des rois tchèques des Premyslides, avec lequel la dynastie s'est éteinte. 700 ans se sont écoulés depuis sa mort, le 21 juin 1305.

Télécharger: RealAudio

Venceslas IIVenceslas II L'Etat des Premyslides atteignit son apogée sous le règne de Premysl Otakar II, surnommé le roi d'or et de fer pour ses richesses et ses succès militaires. Le pouvoir de ce roi de Bohême s'étendait alors loin au sud, jusqu'à l'Adriatique, et le souverain se mit même à aspirer à la couronne impériale. Son différend avec le candidat concurrent au trône, Rodolphe 1er de Habsbourg, fut finalement tranché par une guerre et la bataille de Marchfeld près de Vienne dans laquelle le roi de Bohême, abandonné par une partie de la noblesse tchèque, fut vaincu. Il y perdit non seulement l'espoir d'obtenir la couronne impériale, mais également sa propre vie. Son fils Venceslas, mineur, ne pouvant pas prendre le pouvoir, c'est le margrave de Brandebourg, Othon, qui fut nommé son tuteur. Devenu adulte, Venceslas rétablit la prospérité économique des pays tchèques, notamment en encourageant l'extraction de métaux et le monnayage. Ainsi, en 1300, Venceslas fonde dans la ville de Kutna Hora, riche en minerais d'argent, l'hôtel de la monnaie qui prendra le nom de Cour des Italiens, d'après ses constructeurs. Là, une monnaie unique à l'échelle du royaume est frappée : le groschen de Prague.

Venceslas IIVenceslas II Mais revenons au commencement : Venceslas vient au monde le 27 septembre 1271. Son enfance n'est pas heureuse : après la mort de son père, il est interné, avec sa mère Kunhuta, au château de Bezdez par son tuteur Oton. Après que sa mère soit parvenue à s'évader, il grandit dans un isolement presque total. En 1283, il est libéré de sa captivité par les Etats tchèques et retourne en Bohême où son règne commence, la même année.

Elisabeth RejckaElisabeth Rejcka Au début, le règne de Venceslas II subit la forte influence de l'époux de sa mère, Zavis de Falkenstein, qui a une position dominante à la cour, et ce jusqu'à la mort de la mère du jeune roi, grâce aux intrigues des seigneurs réunis autour de l'évêque Tobias de Bechyne. En 1289, Zavis est arrêté et, un an plus tard, exécuté. En 1291, Venceslas II entreprend une expansion en Pologne où il occupe de vastes territoires, ce qui lui ouvrira la voie vers la couronne polonaise. Il réussit, effectivement, à se faire couronner roi de Pologne, en 1300, et sa prétention est scellée par le mariage avec Elisabeth Rejcka, héritière du trône de Pologne. En 1301, après l'extinction de la dynastie des rois hongrois Arpad, Venceslas II accepte la couronne magyare. Ainsi, pendant un certain temps, un seul souverain de Bohême règne sur trois pays - la Bohême, la Pologne et la Hongrie. En plus de cela, Venceslas réussit à rattacher à la couronne de Bohême une partie de la Saxe et la région de Cheb. Avec l'arrivée du pape Bénédicte XI, les pressions sur l'affaiblissement du pouvoir des Premyslides en Europe centrale augmentent. Ces pressions se soldent par la perte de la couronne magyare, en 1304, puis par une expédition de l'empereur allemand Albrecht 1er de Habsbourg en Bohême. Peu après la victoire des troupes tchèques sur Albrecht, le roi Venceslas tombe malade et il est emporté subitement par une tuberculose, le 21 juin 1305. Quant à son jeune fils Venceslas III, mystérieusement assassiné l'année suivante, il disparaît sans héritier.

Jean de LuxembourgJean de Luxembourg La dynastie des Premyslides s'éteignit donc par le fer en 1306 et son hégémonie sur la marge orientale de l'Empire arriva à son terme. Le chaos succéda au règne du dernier Premyslide : cette situation arrangeait les seigneurs féodaux de Bohême, notamment pour accroître leur fortune, mais elle menaçait aussi les biens de l'Eglise qui considérait comme un impératif de renforcer le pouvoir royal et l'administration de l'Etat. Des négociations agencées par l'abbé cistercien Konrad résultent par la montée sur le trône de Bohême de la dynastie des Luxembourg. Jean de Luxembourg, alors âgé de 14 ans, est désigné nouveau souverain de Bohême. Le mariage avec Elisabeth, soeur du dernier des Premyslides, assit le pouvoir de Jean en l'imposant auprès de l'aristocratie locale.

Arrêtons-nous encore un instant sur la politique intérieure du roi Venceslas II, non moins brillante que celle menée à l'étranger. Après avoir surmonté la crise économique des années 1280, un essor sans précédent se produit : la preuve en est la frappe de l'une des monnaies les plus fortes de l'Europe médiévale - le groschen de Prague. Sous le règne de Venceslas II, le couvent des Cisterciens est fondé à Prague - Zbraslav. A l'époque de l'essor le plus important de l'extraction de l'argent à Kutna Hora, le roi Venceslas promulgue le code royal minier « Jus regale montanorum » qui détermine les bases de l'industrie minière. En vertu de ce code, le roi dispose librement des ressources minières, il a le droit à une quote-part de la production et son administration accorde des licences d'exploitation. La promulgation de ce code est suivie d'une réforme monétaire, lorsque le roi décide de lancer une monnaie unique à l'échelle du royaume. Venceslas II fut deux fois marié : avec sa première épouse Guta de Habsbourg, il eut dix enfants, et de son mariage avec Elisabeth Rejcka est née sa fille Agnès.

Partager

à découvrir

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français