Vendulka Holá : les Tchèques sont les champions de l’entraînement de chiens des douanes

Directrice générale adjointe de l’administration des Douanes tchèques, Vendulka Holá, 60 ans, passe pour une personne clé dans le domaine de la coopération douanière franco-tchèque. Parfaitement francophone, ayant vécu pendant cinq ans en Algérie avec son mari médecin, Vendulka Holá a reçu récemment les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à l’ambassade de France à Prague. Une manière de récompenser le parcours exceptionnel de celle qui fut un des principaux artisans du rapprochement des Douanes tchèques et françaises après la Révolution de velours, dans le cadre des préparatifs de l’adhésion de la République tchèque à l’UE. Les négociations d’adhésion ont été un défi majeur pour Vendulka Holá, comme elle nous le raconte.

Vendulka Holá, photo : Ondřej TomšůVendulka Holá, photo : Ondřej Tomšů « C’était une période difficile, le fait de préparer le pays à l’adhésion à l’UE dans le domaine douanier a été quelque chose d’assez exigeant. Les experts français nous ont énormément aidés à harmoniser notre législation avec celle de l’UE. Le nouveau Code douanier, nous l’avons appelé ‘le code Guy Rouillère’, d’après notre collègue français qui nous a beaucoup assistés. Tous les jours, nous recevions, de la part de la Commission européenne, le tarif intégré qui sert à faire une classification et à établir les droits de douane. C’est une autre Française, Madame Pascal, qui nous a formés à l’utilisation de ce tarif intégré. Autre chose difficile : nous n’avions que deux ans pour nous préparer à l’administration des accises, là-aussi d’après l’exemple de la France, les accises qui représentent actuellement 15% du budget national. Moi-même, j’ai été responsable d’un ambitieux projet européen de jumelage franco-tchèque, lancé en 2002 et axé sur les préparatifs de l’administration des accises. Il a fallu non seulement élaborer une nouvelle législation, mais aussi formes les gens. Nous sommes partis de zéro, mais nous avons réussi, avec un résultat encore meilleur que prévu. »

Comment a évolué la coopération douanière franco-tchèque depuis l’entrée de la République tchèque dans l’Union européenne, en mai 2004, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme ?

‘Crystal’, photo : ČT24‘Crystal’, photo : ČT24 « Avant l’adhésion, la Tchéquie recevait une assistance technique. Après l’adhésion, elle est devenue partenaire de la France. Presque tous les ans, nous organisons des séminaires à l’Institut français de Prague, destinés aux experts et aux entrepreneurs des deux pays. Avec nos collègues français, nous leurs donnons des renseignements sur l’actualité de la législation douanière. Mais surtout, les Tchèques sont les champions dans le domaine de la formation des chiens des douanes, ce qui est étroitement lié à la lutte contre le terrorisme. Notre spécialité, ce sont les chiens capables de détecter les billets de banque. Cet argent, illégalement importé dans les pays-tiers, est souvent utilisé pour financer le terrorisme. Enfin, les Douanes tchèques ont enregistré ces dernières années de nombreux succès dans la lutte contre le trafic des stupéfiants et d’armes, en réalisant une saisie d’armes destinées aux organisations extrémistes en France, ainsi qu’une saisie importante en région parisienne de ‘Crystal’, une drogue synthétique produite en République tchèque. »

Photo :  L'administration des douanes de la région de Hradec KrálovéPhoto : L'administration des douanes de la région de Hradec Králové Dans la suite de cet entretien, que vous retrouverez mardi prochain dans la rubrique Panorama, Vendulka Holá évoquera, entre autres, la formation des équipes des maîtres-chiens, un projet commun des centres cynophiles douaniers de Heřmanice et de La Rochelle.