Un hiver des plus longs mais pas des plus rudes pourtant

Tous les habitants de la République tchèque sont d'accord : « Vivement le printemps ! » Pas étonnant, car cet hiver dure à n'en plus finir. Les spécialistes en météorologie sont formels : on n'a pas vu un hiver aussi long sur le territoire tchèque, depuis 36 ans. L'hiver a-t-il vraiment été si long que cela ? Radim Tolazs, de l'Institut d'hydrométéorologie tchèque explique que la longueur de l'hiver se calcule selon la durée de la persistance de la couche de neige sur la majorité du territoire.

Cet hiver, la neige n'a pas fondu depuis la mi-novembre sur une grande partie de ce territoire, surtout en montagne. Cela n'était pas arrivé depuis 1970. En plus de cela, la neige est tombée et n'a pas fondue pendant longtemps même en basse altitude. D'un autre côté, la couche de neige n'a pas battu de records. Elle aurait été « moyenne », car elle n'a pas atteint, par exemple, les trois mètres de l'année dernière dans certaines stations de ski. Pourtant, à Ostrava, grande ville de Moravie du Nord, l'épais manteau blanc a causé bien des soucis aux habitants en atteignant souvent les 40 centimètres. On peut constater, d'ailleurs, que c'est la Moravie du Nord qui le plus souffert des intémpéries hivernales, avec des chutes de neige fréquentes et abondantes, mais aussi de fortes gelées matinales, quand le thermomètre a battu plusieurs records de froid, pas loin des - 30°C. L'hiver a aussi fait plusieurs victimes, surtout parmi les sans-abri, au point même que la municipalité de Prague a édifié un camping provisoire sur l'esplanade de Letna pour accueillir les SDF pendant les plus grands froids. Pour les foyers tchèques, la facture du chauffage sera élevée, un tiers de plus en moyenne que l'année dernière. Pour le service d'entretien des routes, la situation devient même dramatique avec l'arrivée timide du printemps. Il s'avère que les chaussées des routes et autoroutes ont été très endommagées et que des moyens financiers très importants seront nécessaires pour les répérations. Mais où les prendre, car le service d'entretien et les municipalités ont dépensé toutes leurs réserves dans la lutte contre la neige et le gel ? Paradoxalement, même les stations de ski qui devraient être satisfaites d'un long hiver abondant en neige, ne le sont pas. Tomio Okamuri, de l'Association des agences de voyages, explique pourquoi, sur l'exemple de la plus grosse station de ski tchèque, Spindleruv Mlyn dans les Monts des Géants :

Spindleruv Mlyn, photo: CzechTourismSpindleruv Mlyn, photo: CzechTourism « Les stations ne profitent pas d'un hiver long, rude et enneigé, car les conditions de ski sont alors très bonnes sur tout le territoire de la République tchèque, donc aussi dans les petites localités skiables, dans les petites villes équipées de remonte-pentes. Les Tchèques ne viennent donc pas en si grand nombre dans les grandes stations de ski, un peu plus luxueuses et toujours bien préparées, car avec un hiver comme cette année, ils peuvent faire du ski pas loin de chez eux. »

Les météorologues nous promettent que dans quelques jours, les congères, le verglas, les toits qui tombent sous l'épaisse couche de neige ne seront plus qu'un mauvais souvenir et que le printemps arrivera enfin... Ils ajoutent pourtant, petits fûtés comme d'habitude : mais des chutes de neige au mois d'avril ne sont pas exclues !