Stratégie de Lisbonne et développement durable sont-ils compatibles ?

Dans le cadre de la Semaine du développement durable organisée à Prague par l'ambassade de France et le ministère tchèque de l'Environnement, une table-ronde avait lieu, mardi dernier, pour savoir si la stratégie de Lisbonne était compatible avec le principe de développement durable.

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne En mars 2000, le Conseil européen réuni à Lisbonne a tracé les lignes directrices d'un projet à l'heure actuelle souvent contesté et remis en question pour sa non-application : faire de l'Union européenne un espace économique compétitif et dynamique sur la base de deux piliers : le relèvement des taux d'emploi et la promotion de la recherche et de l'éducation. La dimension environnementale a été rajoutée au Conseil européen de Göteborg en 2001.

Ecoutons Jiri Hlavacek, directeur du département stratégique du ministère de l'Environnement, à qui Radio Prague a demandé l'avis sur la compatibilité du développement durable et d'une stratégie de Lisbonne dont on ne retient très souvent que le pilier économique :

« La stratégie de Lisbonne, dans sa version révisée, met l'accent sur la nécessité que croissance économique et assurance de l'emploi aillent toutes deux main dans la main avec le respect des standards de la protection environnementale. Ceci a été approuvé par les représentants des gouvernements au Conseil de l'Europe en mars dernier. Si ce principe est respecté au niveau des différents Etats de l'Union, alors nous pouvons sans aucun doute dire que la stratégie de Lisbonne est en accord avec la stratégie de développement durable de l'Union européenne. »

Quels sont les moyens financiers d'un si ambitieux projet, ses moyens d'application ? Ecoutons Tomas Prouza, vice-ministre des Finances :

« La première version de la stratégie de Lisbonne n'a pas fonctionné. C'était une somme de très belles paroles, du type « nous allons être meilleurs », « nous allons nous développer rapidement », mais personne n'a pu suivre et remplir concrètement les objectifs. Aujourd' hui, on a plutôt tendance à dire que la stratégie de Lisbonne doit avoir un nombre limité d'objectifs, et que c'est aux différents Etats-membres de préparer individuellement leur propre stratégie nationale. En somme, l'Europe dit qu'il faut se concentrer sur la croissance, mais chaque Etat doit préparer sa propre manière d'agir. Elle est justement en cours de préparation et devrait être prête aux alentours du mois de septembre. »