Rumeurs sur son état de santé : le président Zeman contre-attaque

La santé chancelante du chef de l’Etat Miloš Zeman fait l’objet de rumeurs insistantes ces derniers temps. Mardi, un conseiller municipal d’un arrondissement de Brno, Svatopluk Bartík, écrivait ainsi sur sa page facebook que le président, candidat à sa propre succession, souffrirait d’un cancer et que ses jours seraient comptés. Le château de Prague a vigoureusement démenti et demandé des poursuites judiciaires…

Svatopluk Bartík, photo: ČT24Svatopluk Bartík, photo: ČT24 « Il a un cancer. Des métastases en plusieurs endroits. Il connaît le diagnostic depuis environ trois semaines et a refusé des soins, le pronostic vital lui donne entre trois et sept mois. Pour des raisons évidentes, je ne dévoilerai pas ma source. » Voici ce qu’écrivait mardi sur le célèbre réseau social Svatopluk Bartík.

Elu sous l’étiquette Žít Brno (Vivre Brno), un mouvement qui se veut alternatif aux partis traditionnels, le conseiller municipal justifie ce troublant message par le fait que, le même jour, Miloš Zeman déposait officiellement sa candidature pour l’élection présidentielle du début de l’année prochaine, avec l’espoir d’effectuer un second mandat. Pour M. Bartík, ancien conseiller du Premier ministre social-démocrate Bohuslav Sobotka, la société tchèque aurait donc le droit de connaître l’état de santé du chef de l’Etat, objet de multiples spéculations depuis déjà plusieurs années.

La chancellerie présidentielle n’a pas tardé à réagir. Miloslav Kalaš, le médecin du chef de l’Etat, a déclaré que l’information était « mensongère », « inventée » et « déraisonnable ». La justice a également été saisie ainsi que l’a fait savoir le porte-parole de M. Zeman, Jiří Ovčáček :

« Monsieur le président ne souffre d’aucune maladie oncologique. Et c’est pour cette raison que le représentant juridique du président a déposé une plainte pour diffamation et une autre pour atteinte à sa personne. »

Miloš Zeman, photo: ČTKMiloš Zeman, photo: ČTK « Ce type est un salaud, cela ne fait tout simplement pas », a réagi pour sa part le président de la République dans un entretien pour la chaîne de télévision Barrandov. Miloš Zeman, qui a au passage réaffirmé sa volonté de ne pas participer à des débats préélectoraux avec ses adversaires, entend obtenir des excuses et demande des dommages et intérêts à hauteur de 5 millions de couronnes (environ 200 000 euros) :

« Si la justice nous donnait raison, cet argent irait bien sûr à mon budget de campagne. Et le surplus éventuel pourrait, comme le prévoit la loi, être reversé à des associations caritatives. Donc finalement cette personne contribue à faire de bonnes choses puisque tout cet argent ira au projet Klokánek du Fonds pour les enfants menacés. »

Le château de Prague demandait aussi à ce que Svatopluk Bartík retire sa publication facebook. Le conseiller municipal s’est exécuté, expliquant ne pas comprendre pourquoi son message avait déclenché « une telle bronca » et des réactions hostiles à son encontre mais aussi à l’encontre du président.

Le feuilleton sur l’état de santé de Miloš Zeman, qui affirme depuis longtemps souffrir d’une neuropathie, n’est sans doute pas clos pour autant. Dernièrement, c’est son diabète qui a fait l’actualité. Le chef de l’Etat expliquait en effet début novembre qu’il en était guéri et qu’il avait pu déguster des aliments sucrés. Son médecin, Miloslav Kalaš, a dû prendre la parole pour démentir, précisant qu’il s’agissait d’une « déclaration profane du président, qui n’est pas docteur ». Au moins Miloš Zeman semble dernièrement avoir été épargné par la « viróza », le nom qu’il avait donné en mai 2013 à cette étrange maladie contractée lors d’une cérémonie sans doute un peu trop arrosée à l’ambassade russe à Prague…