Rentrée 2017 : la dernière année de l’école maternelle désormais obligatoire

Les vacances sont terminées. Environ 1,4 millions d’enfants tchèques ont retrouvé les bancs de lécole ce lundi 4 septembre. Ils sont près de 108 000 à être accueillis, sourire aux lèvres, en première classe de l’enseignement élémentaire. Comme chaque année, la rentrée 2017 apportera quelques nouveautés. Parmi elles, notamment l’entrée en vigueur de la loi rendant la dernière année de l’école maternelle obligatoire.

Photo illustrative: Jana Zemková, ČRoPhoto illustrative: Jana Zemková, ČRo D’après cette nouvelle législation, tous les enfants tchèques âgés de plus de cinq ans doivent passer au moins quatre heures chaque jour à l’école maternelle. Le texte, élaboré par le ministère de l’Education, concerne quelque 10 000 enfants et durcit également les conditions de leur absence :

« J’ai été désagréablement surprise qu’il ne soit plus possible de libérer l’enfant un ou deux jours par semaine ou par mois et de partir par exemple en week-end prolongé », se plaint Lenka, mère d’une petite fille qui vient d’intégrer la dernière année de l’école maternelle. Nouvellement, les parents devront en effet présenter un mot d’excuse justifiant dûment chaque absence. Les règles de ces justifications seront définies par chaque école. Cependant, Ondřej Andrys de l’Inspection scolaire tchèque précise :

« Les écoles maternelles n’auront pas le droit d’exiger un certificat médical pour justifier chaque rhume ou chaque malaise. Cette attitude ne serait pas légitime. »

La situation sera différente si un enfant est absent pendant longtemps ou trop fréquemment. En cas de non justification de son absence par un certificat médical, le parent de l’enfant concerné risque de se voir infliger une amende.

Les nouvelles règles ne préoccupent toutefois pas seulement les parents mais aussi les écoles qui s’attendent à une plus grande charge administrative. C’est ce que confirme Beáta qui enseigne dans une école maternelle pragoise :

« Puisque la dernière année de maternelle est obligatoire, en tant qu’institutrice, je serai contrainte de contrôler et d’approuver les absences de chaque enfant. »

L’objectif de cette mesure introduisant la scolarisation obligatoire dès la dernière année de l’école maternelle est de favoriser l’intégration des enfants issus d’un milieu social défavorisé au système d’éducation. C’est aussi la raison pour laquelle tous les enfants âgés de plus de cinq ans pourront désormais fréquenter l’école maternelle gratuitement. Les familles vivant dans des localités socialement exclues sont néanmoins les plus nombreuses à violer la nouvelle législation. Selon les différentes estimations, plusieurs centaines d’enfants concernés ne sont inscrits dans aucune école maternelle.

L’inclusion scolaire, un an après

Photo illustrative: Amnesty InternationalPhoto illustrative: Amnesty International Exactement un an s’est écoulé depuis l’entrée en vigueur de la loi qui permet désormais aux élèves ayant des besoins spéciaux, qu’il s’agisse d’enfants avec un handicap physique, mental ou social ou d’enfants surdoués, de fréquenter des écoles « normales », tout en bénéficiant de mesures de soutien gratuites. Même un an après, le projet d’éducation dite inclusive, qui a par le passé suscité de nombreuses controverses dans la société tchèque, continue à faire l’objet de beaucoup de critiques.

Les opposants de l’inclusion scolaire, dont bénéficient cette année seulement quelque 300 enfants, signalent notamment son coût élevé. Si lors de l’année scolaire 2016-2017, l’Etat a consacré environ 589 millions de couronnes (22,6 millions d’euros) à cette fin, il s’agira de 1,8 milliards de couronnes (69 millions d’euros) cette année et de 3,3 milliards de couronnes (126 millions d’euros) lors de l’année scolaire 2018-2019. La porte-parole du ministère de l’Education, Jarmila Balážová s’oppose néanmoins à cette dialectique en expliquant :

« Il faut souligner que l’inclusion scolaire concerne désormais également des enfants surdoués, des enfants étrangers ou bilingues, ainsi que des enfants défavorisés socialement et culturellement. Ces enfants ne bénéficiaient auparavant d’aucun soutien. »

L’Association des pédagogues spéciaux critique, pour sa part, le manque de qualification nécessaire d’enseignants et d’assistants pédagogiques, ainsi que le peu de temps que ceux-ci peuvent consacrer aux enfants avec des besoins spécifiques dans une classe d’une trentaine d’élèves. Tous ces reproches sont néanmoins rejetés par le ministre de l’Education, Stanislav Štěch, qui estime qu’il est « trop tôt pour évaluer le projet de l’inclusion scolaire ».

Bas salaires : les enseignants protestent

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRoPhoto illustrative: Filip Jandourek, ČRo Le début de la nouvelle année scolaire sera très probablement marqué aussi par différents mouvements de protestation d’enseignants (cf. http://radio.cz/fr/rubrique/faits/le-ras-le-bol-des-enseignants-tcheques-face-a-la-precarite-de-leur-situation). Les professeurs tchèques, qui sont parmi les moins bien payés d’Europe, demandent en effet au gouvernement d’augmenter le niveau de leurs salaires à 130 % du montant du salaire moyen en République tchèque d’ici à 2020, avec une revalorisation générale de 10 à 15 % pour tous les employés du secteur de l’éducation dès le mois de novembre prochain, un projet qui déplaît notamment au ministère des Finances. Réunis vendredi dernier à la chapelle de Bethléem à Prague, les syndicats enseignants ont donné à la coalition gouvernementale un ultimatum : si celle-ci n’accepte pas leur demande, les enseignants pourraient se mettre en grève.