Renouveau du festival Czech-In, renaissance du cinéma tchèque et slovaque

Après deux premières éditions en 2009 et 2011, le festival Czech-In renaît de ses cendres au cinéma L’Entrepôt dans le quatorzième arrondissement parisien pour proposer un large aperçu de la production cinématographique contemporaine tchèque et slovaque. Pour parler de cet événement qui se déroule du 21 au 28 mai, Radio Prague a contacté Markéta Hodoušková, qui n’est autre que la directrice du festival et qui évoque tout d’abord les raisons de ce renouveau :

 « Au début, le festival était censé continuer tous les deux ans. Mais malheureusement, il y a eu un manque de financement et à vrai dire peut-être que la production cinématographique de l’époque n’incitait pas non plus à aller montrer les films à Paris. Tandis que maintenant, il y a comme une renaissance en ce qui concerne les titres tchèques et slovaques qui commencent à être montrés de plus en plus dans les plus grands festivals en Europe. Il y a aussi un intérêt général pour faire des coproductions. Il y a des fonds pour le cinéma qui ont été créés en République tchèque et en Slovaquie. L’industrie cinématographique commence à se structurer et tout cela mène à un intérêt général. De la même manière, l’intérêt des expatriés tchèques et slovaques croît : ils veulent de plus en plus voir leurs films, les films de leurs pays d’origine, apparaître sur les écrans en France. »

Comment avez-vous construit la programmation ? Il y a des films de fiction, des documentaires, des films pour le public enfant, des courts métrages…

 « Tout à fait, c’est nous qui avons fait la sélection de la plupart des films, c’est-à-dire l’association Czech-In qui a été créée pour cet objectif à Paris. Mais il y a aussi une soirée que nous avons dédiée à la FAMU et ce sont les étudiants de la FAMU qui ont eux-mêmes sélectionné des films. C’était donc une surprise. Dans cette sélection, il y a entre autres des films qui sont aussi à Cannes, sélectionnés dans la Quinzaine des réalisateurs pour les courts métrages, mais aussi dans le Short Film Corner. Nous avons coopéré avec la FAMU sur cette sélection. Pour le reste de la sélection, ce sont des films qui sont déjà apparus dans les grandes sélections des festivals européens, qui ont eu des prix, qui se sont démarqués par rapport à la production moyenne. »

Avez-vous un coup de cœur parmi cette programmation dont vous pourriez nous parler ?

'Schmitke', photo: Artcam'Schmitke', photo: Artcam « En fait, j’en ai plusieurs. Il faut que je dise que j’adore tous les films que nous avons. Je suis fière qu’ils aient été produits en République tchèque et en République slovaque. Je pense que ce sont des films qui sont vraiment de grande qualité, supers à voir. C’est difficile pour moi de dire ma préférence. Je voudrais peut-être parler d’un film qui m’a surprise de manière positive. C’est le film Schmitke, une coproduction avec l’Allemagne. C’est un film sur les Sudètes d’aujourd’hui. On y voit la cohabitation entre les Tchèques et les Allemands. Je trouve que c’est un film très intéressant en Europe aujourd’hui et je suis très curieuse de savoir comment les Français, qui cohabitent aussi avec les Allemands évidemment, vont voir ce film. C’est un très beau film, très drôle. Je l’ai adoré et je recommande à tout le monde de venir le voir. Il sera présenté par sa distributrice en République tchèque, une Française de la société Artcam. Elle viendra le présenter et elle expliquera ce choix de vouloir le distribuer en République tchèque. »

Comment voyez-vous maintenant l’avenir de ce festival et son ambition ?

 « Nous souhaitons continuer le festival annuellement. Dès maintenant notre stratégie est de postuler pour avoir des fonds. Comme cette année où nous avons déjà obtenu des subventions auprès du ministère de la Culture tchèque et du ministère des Affaires étrangères. Nous souhaitons continuer dans cette voie et éventuellement obtenir d’autres financements. Nous savons pertinemment qu’il y a encore beaucoup de films produits dans ces pays, qui n’ont pas été montrés et qui peuvent être montrés dans les années à venir. Il est tout à fait possible que nous prenions chaque année un autre pays en focus, un pays voisin, ou que nous nous ouvrions davantage à des coproductions entre la République tchèque et la République slovaque et des pays tiers. »

Pour découvrir la programmation du Czech-In Film Festival, l’idéal est de se rendre à l’adresse suivante : http://czech-in-film-festival.fr/.