Faits et événements Recensement 2011 : Prague vieillit et s’ouvre aux étrangers

24-01-2012 16:13 | Magdalena Hrozínková

Quelque 1 273 000 personnes vivaient à Prague en 2011. Ce nombre d’habitants, le plus élevé dans l’histoire de la capitale, a été annoncé, lundi, par l’Office tchèque des statistiques. Celui-ci continue de présenter les données issues du recensement effectué l’année dernière.

Télécharger: MP3

La population de Prague a augmenté de 104 000 personnes depuis le dernier recensement de 2001. Cette hausse s’explique essentiellement par le nombre croissant d’étrangers : ces derniers, majoritairement des Ukrainiens, des Russes et des Slovaques, représentent 14% de la population pragoise. Autrement dit, 40% du nombre total d’étrangers vivant en République tchèque résident dans la capitale, attirés par les possibilités d’emploi que celle-ci offre.

Autre résultat, quelque peu étonnant : la population de Prague est la plus âgée de toute la République tchèque. Professeur de démographie à l’Université Charles, Jitka Rychtaříková explique pourquoi :

Jitka RychtaříkováJitka Rychtaříková « A Prague, la proportion des personnes âgées de plus de 65 ans est de 16%, tandis que dans le reste de la République tchèque, elle est d’environ 15%. Il y a plusieurs facteurs qui contribuent au vieillissement de la population pragoise : d’une part, nous assistons à une baisse de la mortalité chez les personnes âgées, d’autre part, nous voyons diminuer la proportion d’enfants. A Prague, l’indicateur conjoncturel de fécondité, qui représente le nombre d’enfants par femme, est le plus faible de tout le pays… »

Photo: Aaron Murphy / Stock.XCHNGPhoto: Aaron Murphy / Stock.XCHNG Toujours selon les statistiques les plus récentes, le degré d’instruction des Pragois serait le plus élevé de toute la République tchèque : un Pragois sur quatre aurait une formation supérieure… Une donnée qui ne surprend pas vraiment dans une ville où siège une douzaine d’universités. Jitka Rychtaříková ajoute une explication supplémentaire :

« Je ne crois pas que le nombre d’écoles supérieures dans la capitale joue un rôle important. J’explique ce résultat plutôt par un large choix d’offres d’emploi destinés aux diplômés de l’enseignement supérieur. »

Une des données relevées lors du recensement 2011 a été très remarquée par les médias nationaux (et elle sera sans doute encore largement développée dans la presse féminine) : pour la première fois de son histoire, la capitale tchèque comptait plus d’hommes célibataires que d’hommes mariés. Voici le commentaire de Jitka Rychtaříková :

« Cela est lié au fait que le niveau de nuptialité baisse partout et que l’âge du premier mariage est plus élevé que dans le passé. Cette tendance est particulièrement marquante à Prague. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le taux de divortialité n’est pas le plus élevé à Prague, car, selon les statistiques, les hommes ayant une formation supérieure divorcent moins fréquemment que les autres. »

Pour terminer sur un autre constat positif : le nombre de naissances hors mariage est relativement faible à Prague : 35% comparé à 50% dans le nord de la Bohême.

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Réforme des universités: le courant ne passe pas entre les responsables académiques et le ministre de l'Education

Paul Bauer

L’année démarre bien difficilement pour le ministre de l’Education, Josef Dobeš. Après le dossier des fonds structurels européens...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français