Faits et événements Nouvelle intervention de la police pour évacuer des squatteurs à Prague

14-09-2009 17:08 | Jaroslava Gissübelová

Une centaine de squatteurs interpellés, 24 placés en garde à vue, la circulation interrompue, des grenades lacrymogènes tirées au milieu de la foule : telle était l’image du quartier Albertov, dans le 2e arrondissement pragois, entre samedi après-midi quand des squatteurs y ont investi un bâtiment inoccupé, et dimanche matin lorsque la police les a expulsés manu militari.

Télécharger: MP3

Photo: CTKPhoto: CTK Tout a commencé par un rassemblement, samedi, place Palacký pour soutenir le principe des squats. La mobilisation des sympathisants de ce mode de vie continue depuis le mois de juin dernier, lorsque le seul véritable squat de Prague, Milada, a été évacué et ses habitants relogés. Le rassemblement a donné un coup d’envoi à la ‘Semaine de l’anticonformisme’. De la place Palacký, des squatteurs et leurs sympathisants, au nombre de 150, sont ensuite allés investir un bâtiment au coin de la rue Apolinářská et Na Slupi, laissé à l’abandon depuis plus de six ans par son propriétaire italien qui envisage de faire un hôtel de cet immeuble de style Art deco des années 1930.

Photo: CTKPhoto: CTK Sur le site http://neprizpusobivi.fnf.cz/, on lit que l’occupation de cet immeuble devait sensibiliser l’opinion sur les spéculations autour des biens et sur l’indifférence de leurs propriétaires dans une situation où le montant des loyers et le nombre de personnes qui n’ont pas où habiter continuent d’augmenter. L’action de la police, assistée d’un hélicoptère, et d’une compagnie de sécurité spéciale, a duré plus de 20 heures. Une équipe anti-émeute appelée en renfort a tout d’abord invité les squatteurs installés à l’intérieur du bâtiment à partir :

« Vous risquez une peine s’élevant jusqu’à deux ans de prison. Quittez le bâtiment occupé illégalement… »

Photo: CTKPhoto: CTK Les appels sont restés sans réaction, à l’exception d’un reporter du quotidien iDnes qui était sur place, tout comme, selon le serveur TN.cz, Matěj Stropnický, conseiller vert de Prague 3.

Plus tard, la police a tiré des grenades lacrymogènes et employé des matraques. Tomáš Havlín, co-organisateur de la Semaine de l’anticonformisme, dénonce la brutalité des moyens utilisés.

Selon le porte-parole de la police, Tomáš Hulan, la police a agi conformément à la loi, dans l’intérêt de la protection du droit de propriété et de l’ordre public. L’action s’est terminée dimanche vers 7 heures du matin par l’expulsion de tous les squatteurs :

Photo: CTKPhoto: CTK « Avant de recourir à l’emploi des moyens de répression d’abord modérés puis plus radicaux, la police a prévenu les squatteurs que leur comportement était illégal et que ces moyens seraient employés au cas où ils ne partiraient pas. Puisqu’au bout d’une demi-heure, les squatteurs n’ont pas réagi à ces appels, et que des bouteilles de verre étaient lancées contre les forces de sécurité, celles-ci ont employé des bombes assourdissantes dont l’effet est surtout psychologique et qui doivent disperser les fauteurs de troubles. »

Inculpés en procédure accélérée d’occupation illégale de l’immeuble, de violation de domicile et d’attaque sur un agent public, les squatteurs répondent de leurs actes ce lundi et mardi devant le tribunal de Prague 2.

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Le problème de l’Iran à la conférence du Forum 2000

Anna Kubišta

Forum 2000 « La paix, la démocratie et les droits de l’homme en Asie », tels étaient les thèmes de la conférence du Forum 2000 de vendredi. Parmi...En savoir plus

Les prix des logements en baisse

Alena Gebertová

La crise économique a touché le marché immobilier en République tchèque moins radicalement qu’ailleurs. De nouvelles tendances se...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français