Musique : Semyon Bychkov prend la tête de la Philharmonie tchèque

Le célèbre chef d’orchestre Semyon Bychkov prend la tête de la Philharmonie tchèque. L’Américain d’origine russe, qui collabore déjà avec le prestigieux orchestre tchèque depuis la saison dernière en tant que chef invité, a signé un contrat de cinq ans ce lundi.

Semyon Bychkov, photo: ČTKSemyon Bychkov, photo: ČTK A peine cinq mois après la disparition, en mai dernier, de Jiří Bělohlávek, qui l’a dirigé une première fois entre 1990 et 1992 puis à nouveau à partir de 2012, la Philharmonie tchèque a enfin un nouveau chef d’orchestre. Bien que le chef russo-américain ait été souvent désigné comme un éventuel candidat, la nomination de Semyon Bychkov n’a été officialisée que vendredi dernier. Qui est donc cette personnalité qui éveille, depuis trois jours, l’intérêt de la plupart des médias tchèques ?

Né en 1952 à Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), en Union soviétique, Semyon Bychkov commence par étudier le piano et la direction d’orchestre au conservatoire de la ville. En 1973, le jeune musicien remporte le prestigieux concours de direction Rachmaninov. Le régime communiste l’empêche de continuer sa carrière et il décide donc d’émigrer, au milieu des années 1970, tout d’abord à Vienne, puis aux Etats-Unis, pays où il est naturalisé en 1983. Pendant sa carrière, le chef dirige de grands orchestres du monde entier, comme les Philharmonies de Berlin et de Vienne, l’Orchestre symphonique de Londres, l’Orchestre philharmonique de New York ou l’Orchestre de Paris et collabore avec les opéras du Covent Garden à Londres et du Met à New York.

Son nom n’est pourtant pas méconnu du public tchèque puisque Semyon Bychkov travaille avec l’orchestre tchèque fondé en 1896 depuis 2016 déjà en tant que chef invité. Une situation qui a facilité la recherche d’un nouveau chef d’orchestre, comme l’explique le directeur général de la Philharmonie tchèque, David Mareček :

David Mareček, photo: Tomáš Vodňanský, ČRoDavid Mareček, photo: Tomáš Vodňanský, ČRo « Semyon Bychkov est l’un des chefs d’orchestre de pointe qui collaborent régulièrement avec la Philharmonie tchèque. Quand vous choisissez un nouveau chef d’orchestre, vous ne pouvez pas choisir tout simplement quelqu’un de qualité mais vous devez savoir comment il travaille avec l’orchestre concerné. Notre orchestre évalue régulièrement tous les chefs qui le dirigent. Le choix est donc le fruit d’une discussion longue d’environ deux heures et durant laquelle nous avons réfléchi à différents noms et pesé les pour et les contre. Semyon Bychkov nous semblait être le meilleur candidat et nous avons reçu le mandat de la part des musiciens de lui faire une offre.

Mais le plus important, c’est de savoir si le candidat est d’accord ou non. Ce qui a été décisif chez nous, c’est le contact avec les musiciens. Quand nous avons choisi Semyon Bychkov, nous avons fait appel à tous les musiciens désireux de l’avoir comme nouveau chef d’orchestre pour aller à sa rencontre et le lui dire. Un groupe de musiciens l’a vraiment fait. Semyon Bychkov m’a ensuite dit qu’il était profondément touché et que jamais auparavant il n’avait reçu une si jolie offre. »

A l’invitation de Jiří Bělohlávek, Semyon Bychkov travaille avec la Philharmonie tchèque notamment comme directeur artistique du projet Tchaïkovski, un projet qui consiste en l’enregistrement de l’intégralité de l’œuvre symphonique du compositeur russe Piotr Ilitch Tchaïkovski pour la maison d’édition Decca. Mais sa collaboration ne se limite pas aux compositeurs russes. Sous sa baguette, les musiciens tchèques présentent aussi par exemple la Symphonie n° 9 d’Antonín Dvořák, jouée en octobre 2016 à Prague en hommage à l’ancien président tchèque Václav Havel.

Mais qu’est-ce qui motive Semyon Bychkov à prendre la tête de l’orchestre tchèque ? Pour David Mareček, il s’agit tout d’abord de ses bonnes relations avec son prédécesseur Jiří Bělohlávek :

La Philharmonie tchèque, photo: Petra Hajská / Česká filharmonieLa Philharmonie tchèque, photo: Petra Hajská / Česká filharmonie « Je crois que Semyon Bychkov est attiré aussi par ses racines slaves. Il a émigré de l’Union soviétique en 1975 déjà, après avoir été empêché de diriger l’Orchestre philharmonique de Léningrad. Quand Jiří Bělohlávek lui a proposé de participer avec nous à l’enregistrement des symphonies de Tchaïkovski, Semyon Bychkov a déclaré que la Philharmonie tchèque était une sorte de pont entre l’Est et l’Ouest, qu’il se sentait bien en Tchéquie puisque cette coopération était pour lui comme un retour aux racines et que la mentalité tchèque lui semblait proche de la sienne. Sa décision est due donc notamment à ses émotions et Semyon Bychkov espère pouvoir réaliser avec la Philharmonie tchèque de beaux concerts et enregistrements. »

Semyon Bychkov se produira avec la Philharmonie tchèque pour la première fois du 20 au 23 décembre prochain dans la salle du Rudolfinum à Prague où il dirigera le Double concerto pour deux orchestres à cordes de Bohuslav Martinů.