Mon Dieu, les Tchèques boivent de plus en plus de bière en cannette

Tous les amateurs de bière qui se respectent vous le diront : ne buvez pas de bière en cannette, entendez métallique. Et pourtant : les Tchèques, dont la consommation moyenne par habitant reste la plus élevée au monde, sont de plus en plus nombreux à en consommer. Explications.

Photo: Marcos André, CC BY 2.0Photo: Marcos André, CC BY 2.0 Selon les données mises à disposition par la Fédération tchèque des brasseries et malteries (ČSPS), les ventes de bière en cannette enregistrées en juin dernier ont augmenté de 73% en l’espace d’un an. Le volume total des ventes de bière, quel que soit leur emballage, étant resté sensiblement identique, c’est essentiellement la consommation en pression dans les bars et restaurants qui a subi les conséquences de cette évolution du comportement des consommateurs tchèques.

Une évolution que confirment les chiffres des ventes dans les grandes surfaces : la chaîne d’hypermarchés Kaufland indique ainsi avoir déjà vendu un tiers de bière en cannette supplémentaire depuis le mois de janvier dernier que tout au long de l’année 2016. Attaché de presse des Brasseries Staropramen, numéro deux sur le marché tchèque, Pavel Barvík n’est bien entendu pas surpris par cette nouvelle réalité sur le marché tchèque :

« Nous avons réagi à cette tendance dès 2015 en investissant plus de 100 millions de couronnes (3,85 millions d’euros) dans une nouvelle chaîne de production de cannettes de façon à pouvoir répondre non seulement à la demande croissante, mais aussi à élargir notre portefeuille d’emballages de façon à disposer de cannettes de différences formes et différentes tailles. »

Si les Tchèques boivent désormais davantage de bière en cannette ou en bouteille, chez eux, c’est essentiellement pour des raisons économiques et sociales avec une évolution de leur mode de vie. Selon l’Office tchèque des statistiques (ČSÚ), le prix moyen d’une bouteille d’un demi-litre de bière blonde de base s’élevait, en juillet dernier, à 11,50 couronnes (45 centimes d’euro) contre 15 couronnes (0,57 euro) pour une cannette métallique.

Photo: Kristýna MakováPhoto: Kristýna Maková Alors que la production de bière écoulée en cannettes métalliques, qui était pratiquement inexistante avant 1990, ne s’élevait encore qu’à quelque 200 000 hectolitres en République tchèque en 1994, elle a dépassé la limite du million d’hectolitres pour la première fois en 2013. Cette tendance s’explique aussi par la hausse des exportations de la bière brassée en République tchèque, mais aussi par celle des boissons de type panaché vendues essentiellement dans des canettes métalliques. Attachée de presse de Plzeňský Prazdroj, Jitka Němečková affirme que le groupe leader actuellement sur le marché tchèque vend actuellement environ une bière sur sept en cannette :

« La demande de bière en cannette augmentant constamment tant en République tchèque que sur les marchés étrangers, nous avons-nous aussi ouvert une nouvelle chaîne de production en juin dernier d’ouvrir. Cet investissement a permis d’augmenter notre capacité de production de près de trois quarts. Cette nouvelle chaîne permet de produire 40 000 cannettes par heure et de vendre nos boissons dans huit types d’emballage différents. »

Tandis que dans un passé encore relativement récent, la majorité de la bière produite en République tchèque était vendue en pression dans les bars et restaurants, cela n’est plus le cas aujourd’hui. Ainsi, en 2016, pour la première fois, cette part est descendue en dessous des 40% dans un pays où les consommateurs de bière, attachés à leurs traditions et à leur boisson nationale, sont pourtant considérés comme très conservateurs. Qu’on se le dise : même pour un Tchèque, boire aujourd’hui de la bière dans une cannette métallique légère, incassable, facile à transporter et à ouvrir n’est plus un sacrilège.