Miloš Zeman à Sotchi pour Sáblíková, mais aussi pour Poutine et le président chinois

Malgré un hiver qui ressemble parfois plus à un début de printemps, un grand nombre de Tchèques s’apprêtent à vivre durant deux semaines au rythme des Jeux olympiques de Sotchi. A Prague, un immense parc devant permettre au grand public de vivre l’événement de l’intérieur a ainsi été ouvert ce jeudi. Et malgré les reproches qui lui ont été adressés, le président de la République, Miloš Zeman, s’est, lui, envolé pour la Russie, où il restera quatre jours.

Photo: ČTKPhoto: ČTK Même si un soleil aux rayons déjà presque printaniers brillait en République tchèque ce jeudi, veille de l’ouverture des XXIIes Jeux olympiques d’hiver, et que les températures avoisinaient la dizaine de degrés à certains endroits, qu’on ne s’y trompe pas : février en République tchèque est généralement un mois froid, comme le reste de l’hiver. Un mois où les Tchèques, jeunes et moins jeunes, pour peu qu’il y ait un minimum de glace ou de neige, aiment s’adonner aux sports d’hiver. Si l’on ajoute à ces conditions climatiques leur passion pour le hockey sur glace, dont certains matchs de l’équipe nationale contre l’Union soviétique sous le régime communiste ont marqué l’histoire du pays (http://www.radio.cz/fr/rubrique/panorama/le-hockey-tcheque-un-siecle-dun-sport-phenomene-de-societe), on comprend mieux le grand intérêt des Tchèques pour les jeux d’hiver, y compris pour les disciplines les moins spectaculaires. Malgré le triste contexte géopolitique qui les entoure dans la Russie de Poutine et nombre de leurs enjeux tout autres que sportifs, ces jeux de Sotchi, les plus chers de l’histoire, ne font pas exception à la règle. Faisant abstraction de tout cela, ils seront encore des millions de Tchèques installés devant leur télévision pour suivre, bière et cochonneries à grignoter à portée de main, les performances de Jaromír Jágr et de ses partenaires dans le tournoi de hockey, les exploits de la double championne olympique en titre Martina Sáblíková en patinage de vitesse ou encore de la charmante biathlète Gabriela Soukalová, révélation de ces deux dernières saisons.

Olympijský park sur l’esplanade de Letná, photo: Jan Langer, ČT24Olympijský park sur l’esplanade de Letná, photo: Jan Langer, ČT24 Preuve, si besoin encore en est, de l’engouement que suscitent les jeux d’hiver : un « olympijský park » de près de deux hectares a été installé sur l’esplanade de Letná, à un saut de ski du Château de Prague. A 2 000 kilomètres de Sotchi, ce projet, d’un montant d’environ trois millions d’euros, doit permettre au public tchèque de se sentir plus près de ses sportifs. Au prix de deux euros l’entrée, jusqu’à 10 000 personnes pourront suivre les retransmissions télévisées sur grands écrans et profiter des attractions proposées, comme le long anneau de patinage. C'est ce que le précise le président du Comité olympique tchèque, Jiří Kejval:

« Les fournisseurs nous ont garanti qu’ils seront en mesure de maintenir la patinoire ouverte au public jusqu’à une température de 14° C. Avec une superficie de 6 500 m2, il s’agit de la plus grande patinoire jamais vue en République tchèque. Ne reste donc plus qu’à espérer qu’il ne fasse pas si chaud pour que tout le monde puisse en profiter. »

Olympijský park sur l’esplanade de Letná, photo: Jan Langer, ČT24Olympijský park sur l’esplanade de Letná, photo: Jan Langer, ČT24 Tout le monde, ce sont aussi et surtout les écoliers qui pourront s’essayer à toutes les disciplines ou presque figurant au programme des JO d’hiver :

« Nous voulons que le parc soit accessible le matin en priorité aux plus jeunes, et pas seulement aux petits Pragois, mais aux enfants de tout le pays. Chaque jour, un bus d’une région viendra au parc. Cela veut dire qu’il y aura chaque matin entre 600 et 700 enfants. L’idée est qu’ils puissent s’amuser, mais aussi qu’ils touchent du doigt l’ambiance olympique. Nous voulons leur donner envie de faire du sport. Ils pourront pratiquer les sports de leur choix, nous organiserons aussi des concours de connaissances, bref nous voulons vraiment leur proposer un programme intéressant. »

Un programme intéressant, mais à Sotchi, c’est également ce qui attend jusqu’à dimanche le président de la République. A la différence des présidents français ou allemand, Miloš Zeman, malgré quelques pressions, n’est pas revenu sur sa décision de participer à la cérémonie d’ouverture ce vendredi. Il explique pourquoi :

Miloš Zeman, photo: ČTKMiloš Zeman, photo: ČTK « Faisons en sorte que les réserves relatives à la violation des droits de l’homme soient exprimées lors des négociations politiques. Ces réserves ne devraient pas entraver le bon déroulement de la compétition sportive qui, elle, autant que possible, devrait rester apolitique. »

Avec sa cigarette et sa canne qui l’aide à se déplacer depuis quelques semaines déjà, le président tchèque n’est cependant pas un amateur enragé de sport. C’est plus probablement sa rencontre avec Vladimir Poutine ou encore celle annoncée avec le président chinois qui l’intéresse en premier lieu. On appellera ça de la diplomatie sportive, politique ou économique, peu importe, l’essentiel à Sotchi sera de parler commerce et énergétique. Et si Sáblíková avait la bonne idée de remporter une petite médaille dans la première de ses épreuves (le 3 000 mètres) sous les yeux de son président dimanche, eh bien ce serait d’autant mieux…