Les valeurs de Václav Havel mises à l’honneur au Théâtre national

Ce lundi a débuté la première édition d’un nouveau festival international de théâtre, Pražské křižovatky – Carrefours pragois. Jusqu’à dimanche, le public pragois peut découvrir les projets de compagnies renommées dans l’Europe entière qui s’intéressent dans leurs œuvres à différents problèmes politiques et sociaux. Organisée par le Théâtre national, cette manifestation veut rendre hommage à l’écrivain, dramaturge et ancien président de la République, Václav Havel.

Dead Centre, 'Lippy', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatkyDead Centre, 'Lippy', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatky Le festival a débuté ce lundi soir avec la représentation intitulée Lippy, de la compagnie irlandaise Dead Centre, qui retrace l’histoire de quatre femmes qui décident de faire une grève de la faim. Cette première édition fait suite à une « édition zéro », organisée l’an dernier dans le cadre d’une série de manifestations dédiées à Václav Havel, qui aurait fêté en octobre 2016 ses 80 ans. L’objectif de cet événement n’est pourtant pas de rejouer les pièces de Havel, mais de présenter au public tchèque ses idées et ses valeurs à travers les œuvres de différentes compagnies du monde entier, comme l’explique la directrice du festival, Marta Ljubková :

« Les idées de Václav Havel en rapport avec la vie publique et l’art ont été si fortes que nous pouvons y trouver un nombre inépuisable de thèmes à présenter. Nous n’avons pas eu beaucoup d’autres personnalités comme lui dans l’histoire du théâtre tchèque. Ne pas mettre Václav Havel à l’honneur au théâtre serait donc un sacrilège. »

Toutes les pièces choisies mettent donc en scène, d’une manière ou d’une autre, des thèmes clés de Václav Havel, comme la lutte contre les injustices et les violations des droits de l’Homme ou l’invitation à la tolérance. Pour la conseillère dramaturgique du festival, Sodja Zupanc Lotkerová, le théâtre est en effet un espace qui doit permettre aux spectateurs de s’amuser et de réfléchir à la fois :

Romeo Castellucci, 'Democracy in America', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatkyRomeo Castellucci, 'Democracy in America', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatky « Nous avons voulu présenter au festival des projets qui sont intéressants non seulement par l’histoire qu’il présentent mais aussi par leur forme. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas de théâtre classique avec des mises en scène de pièces écrites. Nous avons choisi des représentations qui sont nées directement lors des répétitions. »

Parmi les invités phares des Carrefours pragois, figure le metteur en scène italien Romeo Castellucci avec sa pièce Democracy in America. Le spectacle présenté par la compagnie Societas Raffaello Sanzio, qui pose des questions sur la liberté de l’individu en combinant le théâtre, la musique, la danse et les arts plastiques, sera à voir ces jeudi et vendredi. De son côté, l’ensemble slovène Beton Ltd. proposera, à la Nouvelle scène du Théâtre national, sa pièce Ich kann nicht anders (Je ne peux pas autrement), une représentation cherchant la réponse à la question de savoir quoi faire avec sa propre existence dans un monde globalisé. Sodja Zupanc Lotkerová poursuit :

« Nous voulons inviter le public notamment à la pièce Riding on a Cloud de l’artiste roumain Rabih Mroué qui sera présentée dimanche. Rabih Mroué est une personnalité importante du théâtre contemporain, il apparaît aujourd’hui dans tous les livres sur l’histoire du théâtre. Nous sommes très contents de l’avoir à Prague. La représentation, qui raconte, à travers les yeux d’un personnage, l’évolution politique au Liban, est très intéressante car elle se trouve aux confins de la réalité et de la fiction. Il s’agit d’un projet sans équivalent en République tchèque. »

Rabih Mroué, 'Riding on a Cloud', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatkyRabih Mroué, 'Riding on a Cloud', photo: Site officiel du festival Pražské křižovatky Elity (Elites), c’est le nom d’une autre pièce qui sera présentée à Prague samedi par le Théâtre national slovaque. Mise en scène par le célèbre homme de théâtre tchèque, Jiří Havelka, et qui porte le sous-titre « Le passé est devant nous », ce spectacle se veut un portrait psychologique des personnes qui, après la Révolution de velours et la chute du communisme en Tchécoslovaquie en 1989, ont su profiter de leur position et de leur accès aux informations pour mieux s’intégrer dans ce nouveau monde.

Outre les représentations théâtrales, le festival organise aussi différents débats, conférences, ateliers et rencontres avec des auteurs portant notamment sur la fonction et le rôle du théâtre dans la société.