Les Pragois réinventent leur ville

Ce samedi, rêvez ! Rêvez et vivez Prague et dix-sept autres villes tchèques autrement ! Pour la onzième année consécutive se tient l’initiative appelée « Zažít město jinak » - littéralement « Vivre la ville autrement ». Organisée par Auto*Mat, une association qui lutte pour limiter la place et le rôle de la voiture à Prague, la manifestation invite les habitants à imaginer ce à quoi pourrait ressembler la ville de demain. Français vivant en République tchèque, Damien Linhart est bénévole chez Auto*Mat. Il nous explique ce que signifie « Vivre la ville autrement » en République tchèque :

Damien Linhart, photo: LinkedIn de Damien LinhartDamien Linhart, photo: LinkedIn de Damien Linhart « Le premier objectif de l’événement est de célébrer la vie de quartier. C’est une occasion de repenser et d’expérimenter la ville différemment. Cela signifie que l’on prend la rue aux voitures pour se la réapproprier et rencontrer ses voisins, les acteurs de son quartier, ses habitants, ses entreprises, ses commerçants, etc. »

Quelles sont les actions mises en place pour que les habitants se réapproprient cet espace dans lequel ils vivent quotidiennement ?

« L’idée est de laisser la place et l’action aux habitants. Auto*Mat organise l’événement sur le plan national, mais ne propose rien. Ensuite, c’est à chaque comité de quartier et à chaque organisateur local volontaire d’organiser les événements de son choix. Chaque quartier est complétement libre. Toute liberté est laissée à l’imagination et à l’envie des différents groupes d’habitants. Il n’y a pas besoin de structures particulières. Cela peut être une association, un club de sport ou même juste des amis qui veulent redynamiser leur rue pour en faire quelque chose de différent de tous les jours. »

Plus concrètement, que va-t-il se passer par exemple dans le quartier dans lequel vous habitez vous ?

Zažít město jinak, 2015, photo: Kristýna Trpáková / Zažít město jinakZažít město jinak, 2015, photo: Kristýna Trpáková / Zažít město jinak « Il y a aura des concerts, du théâtre ou des ateliers pour réfléchir à la manière de réenvisager la ville et de vivre dans une rue plus agréable. Il y aura aussi des ateliers culinaires… Mais je ne sais pas tout, puisqu’il y aura plus de 1 000 événements rien qu’à Prague. Il y en aura donc pour tout le monde et pour toutes les envies ! »

Personnellement, quel sera votre programme ce samedi ?

« Je vais m’occuper d’un atelier de réparation de vélo gratuit dans le quartier de Podolí, où il y aura également une course de cyclocargos pour montrer ce que c’est. Il y a beaucoup de cyclocargos en Europe du Nord. Ce sont des vélos qui permettent de transporter des choses ou des personnes. C’est très utilisé par exemple pour faire les courses ou conduire les enfants à l’école. Ce sont des vélos qui sont équipés d’une benne, avec des sièges ou sans siège… »

Comme on en voit beaucoup en Asie…

« Effectivement, le cyclocargo reprend l’idée du pousse-pousse. En Allemagne et en Europe du Nord plus généralement, ils ont transformé le pousse-pousse pour en faire un vrai vélo pour un usage quotidien. A Prague, on n’en voit pratiquement pas, sauf quelques coursiers à vélo qui en sont équipés. L’idée est donc d’en faire la promotion pour montrer aux gens que c’est quelque chose de maniable et de très pratique. »

Zažít město jinak, 2015, photo: Kristýna Mudranincová / Zažít město jinakZažít město jinak, 2015, photo: Kristýna Mudranincová / Zažít město jinak Vous vivez à Prague depuis quelques mois. Avez-vous découvert « Vivre la ville autrement » en République tchèque ? Ou existe-t-il des initiatives similaires dans d’autres pays ?

« Il existe effectivement beaucoup d’événements locaux. Mais je crois que l’origine se trouve aux Etats-Unis avec le ‘Parking day’, où l’idée est de s’approprier les places de parking payantes. On paie donc au parcmètre comme pour une voiture, sauf que là, on réserve une place pour y organiser ce que l’on veut. L’objectif au bout du compte est le même : rencontrer et échanger avec les gens qui habitent et vivent dans les proches alentours. C’est donc cette idée qui est arrivée progressivement en Europe, où elle a pris différentes formes. En République tchèque, cela a donné ‘Vivre la ville autrement’, mais il y a d’autres événements similaires qui sont organisés aussi en France et dans d’autres pays. Disons que la particularité de l’événement tchèque est de laisser aux habitants le choix d’organiser ce qu’ils veulent dans la rue. »

En tant que Français, quel regard portez-vous sur la place de la voiture dans la vie des Tchèques ?

Zažít město jinak, 2015, photo: Vlaďka Vojtíšková / Zažít město jinakZažít město jinak, 2015, photo: Vlaďka Vojtíšková / Zažít město jinak « La voiture a une place très importante, en tous les cas à Prague. Néanmoins, les transports en commun y existent depuis longtemps. Ils restent quelque chose de fondamental et de très utilisé. A la différence des villes françaises, le tramway n’y a jamais été supprimé. On oublie un peu que si le tramway retrouve sa place dans les villes en France depuis 2000, c’est aussi parce qu’il a progressivement disparu à partir des années 1960. A Prague, en revanche, la voiture reste encore un symbole extérieur de réussite et de richesse. C’est une notion qui est en train d’être dépassée dans beaucoup de pays européens, mais qui est encore très présente ici. »

Vous vous déplacez régulièrement en vélo à Prague. Quelle est votre impression générale ? Prague est-elle une ville adaptée à ce mode de circulation ?

Photo: ČTPhoto: ČT « Clairement, Prague ne l’est pas encore particulièrement. D’un côté, il manque d’infrastructures et de pistes sécurisées. Il y aussi les pavés qui, certes, ont leur charme et que nous acceptons, mais sont quand même un obstacle pour les cyclistes. Et puis il y a bien sûr le comportement des conducteurs qui n’est pas toujours le plus courtois... Disons que la cohabitation n’est pas toujours évidente. Mais c’est aussi parce que les vélos ne sont pas nombreux. Du coup, les conducteurs n’ont pas l’habitude des vélos en ville, et ce à la différence de plein d’autres pays. Au Danemark par exemple, les cyclistes sont tellement nombreux que les voitures ne peuvent même plus circuler à certains endroits. Mais bon, cela ne m’empêche pas de faire tous mes déplacements en vélo à Prague. »

Et d’être toujours vivant…

« Oui ! »

Pour plus d’informations (en tchèque ou en anglais) : www.zazitmestojinak.cz.