Les nouveaux arrangements de l’hymne tchèque présentés au public

« Où est ma patrie ? » est une chanson à laquelle les Tchèques sont profondément attachés dès sa création en 1834. Une chanson qu’ils ont considérée comme leur hymne national bien avant qu’elle n’obtienne véritablement ce statut, avec la création du premier Etat indépendant des Tchèques et des Slovaques, en 1918. Pratiquement inchangé depuis l’époque de la première république tchécoslovaque, l’hymne national tchèque devrait désormais se doter d’un nouvel arrangement musical, comme le souhaite notamment le Comité olympique tchèque. Les nouvelles versions de l’hymne tchèque, remanié par le compositeur Miloš Bok, ont été présentées pour la première fois ce mercredi à la Radio tchèque.

Photo: YouTubePhoto: YouTube C’est sans doute un hymne plus long, plus majestueux et plus monumental que celui auquel les Tchèques sont habitués. Tel est d’ailleurs le souhait des athlètes tchèques : entendre, lors des cérémonies de remise des médailles et des matchs internationaux, un arrangement plus moderne, dynamique et solennel de l’hymne national. Une version aussi plus longue de l’hymne actuel, qui pourrait par conséquent être rallongé par le deuxième couplet de la chanson originale « Où est ma patrie ? », tombé dans l’oubli.

Avec l’objectif d’ouvrir un débat public à ce sujet, le Comité olympique tchèque a demandé au compositeur Miloš Bok de créer de nouvelles versions de l’hymne national. Le président du Comité olympique Jiří Kejval explique :

Jiří Kejval, photo: ČTKJiří Kejval, photo: ČTK « Nous avons souhaité que ce soit une version orchestrée de l’hymne national dans l’esprit de la musique du XXIe siècle. Nous estimons que le nouvel arrangement devrait souligner l’esprit patriotique de la chanson. Et pourquoi avons-nous choisi Miloš Bok ? C’est un compositeur reconnu de musique de film, mais ses œuvres sont réputées aussi sur la scène internationale, elles ont été jouées au Carnegie Hall par exemple. Il collabore régulièrement avec les plus grands musiciens et chefs d’orchestre, dernièrement, c’était avec Daniel Barenboim. »

A l’origine, « Où est ma patrie ? » est une chanson douce et émouvante, chantée par un violoniste aveugle dans la comédie musicale « Fidlovačka », jouée pour la première fois au Théâtre des Etats à Prague en 1834. En 1930, une version pour orchestre est créée par le compositeur Otakar Jeremiáš. Complétée par le chant slovaque « Nad Tatrou sa blýska », la chanson devient alors l’hymne officiel de la République tchécoslovaque et ceci jusqu’à la partition de la Tchécoslovaquie en 1993, où les deux pays reprennent leurs hymnes respectifs.

La dernière version officielle de l’hymne tchèque date de 2008 : à l’occasion du 90e anniversaire de la Tchécoslovaquie, le Premier ministre d’alors Mirek Topolánek avait initié un enregistrement numérique, effectué par l’orchestre et la chorale du Théâtre national de Prague, sous la baguette de Jiří Bělohlávek.

Le compositeur Miloš Bok a enregistré ses arrangements de l’hymne avec l’Orchestre symphonique de la ville de Prague FOK, la chorale Kühn et les solistes Štěpánka Pučálková et Svatopluk Sem.

Miloš Bok, photo: ČTKMiloš Bok, photo: ČTK Pour certains, ces nouvelles versions de l’hymne ne correspondent pas tout à fait à l’esprit de la chanson « Où est ma patrie ? ». Miloš Bok se défend :

« Je suis conscient du fait que c’est une nouveauté qui peut susciter la controverse. Mais en général, tout ce qui est nouveau provoque un débat. J’apprécie et la chanson originale et la version pour orchestre des années 1930. J’ai seulement innové par rapport à ce qui avait été fait auparavant. Oui, mes versions sont peut-être majestueuses, mais c’est ma nature. La musique de Smetana ou de Dvořák a un aspect international. Voulons-nous être un petit pays qui ridiculise tout ou un pays fier de ce qu’il représente ? Voilà la question qui est au cœur du débat qui vient d’être lancé. »

Ce débat sur les nouvelles versions de l’hymne national tchèque se poursuivra par une conférence de musicologie prévue par le ministre de la Culture. Entre-temps, le public aura son mot à dire : il peut écouter les nouvelles versions de l’hymne national sur le site www.hymna2018.cz. Elles seront aussi à découvrir lors d’une exposition organisée en mai prochain au Château de Prague.