Faits et événements Les « Jardins Pollen », créés par le duo de designers Perrot – Cao… avec du verre tchèque

13-06-2012 16:53 | Magdalena Hrozínková

Xavier Perrot est un jeune plasticien du paysage et co-fondateur du Cao – Perrot Studio, basé à Los Angeles et à Paris. Originaire de Bretagne dont la lumière est une de ses sources d’inspiration, Xavier Perrot a présenté, cette semaine, à l’Institut français de Prague, le concept des jardins « imaginaires » que l’on appelle également oniriques ou surréalistes, un concept créé avec son associé Andy Cao et qui emballe le public dans le monde entier. Dans leurs créations, ils utilisent des techniques traditionnelles de fabrication qu’ils appliquent à des matériaux communs et bon marché (grillage à poule, verre recyclé, fil de pêche, coquilles ou coques de noix de coco), souvent associés à des matériaux de luxe, comme le cristal. Le résultat ? Des installations artistiques à la beauté sublime, tels que des « nuages » ou des « arbres » scintillants qui donnent une nouvelle vie, une nouvelle dimension aux jardins, privés ou publics et aux sites historiques. Pour leurs récentes créations, les paysagistes ont fait appel aux artistes verriers tchèques, comme nous le raconte Xavier Perrot.

Télécharger: MP3

Xavier PerrotXavier Perrot « Depuis le mois de mars, nous avons créé trois ‘Jardins Pollen’. L’un d’entre eux est situé dans le château de la Bourdaisière en Touraine. Le deuxième est installé dans un arboretum au parc Raymond Sibille d’Anthony, en région parisienne. Le troisième Jardin Pollen se trouve au Potager du roi à Versailles et il s’agit là d’un jardin éphémère, installé jusqu’à fin juillet. Il est installé en face au bâtiment de l’Ecole nationale supérieure du paysage qui est la principale institution pour étudier le paysage en France. Nous avons imaginé une parcelle de blé : nous y avons semé, graine par graine, des variétés de blé ancien et cela suivant un dessin qui forme des courbes, un peu comme une calligraphie, une estampe japonaise. Au-dessus de la parcelle, nous avons installé 5 000 billes en verre de Bohême qui sont chacune suspendue au bout d’une tige en métal. Les tiges sont en mouvement permanent. Pourquoi du blé ? C’est une graminée dont le pollen a un fort potentiel allergisant. En fait, ce projet des Jardins Pollen est une manière de sensibiliser le grand public aux allergies du pollen. Notre création au Potager du roi, avec ces milliers de billes en verre, évoque justement l’envol de pollen. Souvent, dans nos projets, nous cherchons cette dimension aérienne, éthérée et poétique. »

Vous êtes venu à Prague dans le cadre du Week-end des jardins ouverts, organisé du 9 au 10 juin. Comparé à votre travail, les jardins de Prague peuvent paraître assez traditionnels… Comment trouvez-vous les sites que vous avez visités ?

 « A Prague, les jardins ont tendance à être figés, nous sommes dans un format historique. C’est assez somptueux à l’intérieur de la ville. Le problème se pose lorsqu’on ressort de la ville. Par exemple, nous avons visité le jardin de Kajetánka (dans le 6e arrondissement de Prague, ndlr) qui est tout neuf. Pour moi, c’était un choc… »

Pourquoi ?

Nuage blanc, photo: caoperrotstudio.comNuage blanc, photo: caoperrotstudio.com « Il n’y avait, tout simplement, rien à voir ! Ou alors c’était très grossier. Souvent, les paysagistes prennent des choses du catalogue et les refourguent dans un jardin. C’est exactement cela. Il y a des bancs ignobles, des rampes d’escalier assez grossières. Pourquoi n’utilise-t-on pas le savoir-faire des artisans tchèques ? Peut-être que c’est une question de budget, peut-être que l’argent ne va pas là, où il devrait aller, je ne sais pas. »

www.caoperrotstudio.com

Partager

à découvrir

Articles les plus lus

Autres articles publiés

Le chant du cygne du baccalauréat national ?

Anna Kubišta

Serait-ce le chant du cygne du baccalauréat national, lancé en grandes pompes il y a un an au terme de plusieurs années de préparation...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français