Faits et événements Le roi de la mode russe, Slava Zaitsev, présente ses modèles à Prague

15-04-2003 | Magdalena Segertová

Le couturier Slava Zaitsev, 65 ans, est, sans doute, un des Russes les plus connus dans le monde. Il est venu en Tchéquie pour présenter, ce mardi soir, sa collection dans la Salle espagnole, au Château de Prague. Un autre défilé aura lieu le 17 avril, à Karlovy Vary. Et c'est avec beaucoup d'émotion que le roi de la mode russe revient, après une longue pause, sur le marché tchèque.

Télécharger: RealAudio

Modèle de Slava ZaitsevModèle de Slava Zaitsev Accompagné par son fils Igor et trois mannequins ravissants, Slava Zaitsev est apparu devant les journalistes rayonnant de joie, le visage illuminé par des souvenirs... En effet, sous le régime communiste, l'ancienne Tchécoslovaquie a été le seul pays étranger où Zaitsev a pu séjourner et aussi travailler. Rappelons ici sa collaboration avec le fabricant tchèque de la bijouterie, Jablonex. Et alors, par quelles robes de rêve veut-il séduire, en 2003, les Tchèques ?

Modèle de Slava ZaitsevModèle de Slava Zaitsev "C'est une collection mixte. J'ai choisi des modèles que j'aime, qui me sont chers, qui se vendent bien dans mon salon à Moscou. Le plus important, pour moi, c'est de faire ce qui plaît à mes clients. Je ne peux pas me permettre de faire des modèles abstraits, très créatifs, comme par exemple Lacroix. Je présente donc essentiellement une collection de prêt-à-porter pour l'été et l'automne."

Un autre pays, auquel Slava Zaitsev se sent attaché, c'est la France. Au début des années 80, il commence à travailler pour L'Oréal et crée son fameux parfum Maroussia. "Cette collaboration m'a donné la vraie liberté et l'indépendance", souligne le couturier. A-t-il d'autres passions dans la vie, à part la mode ?

Modèle de Slava ZaitsevModèle de Slava Zaitsev "Je me consacre aussi à la peinture et à la photographie. J'ai fondé un théâtre de mode, une école spécialisée... La musique est aussi très importante pour moi. Elle m'inspire quand je prépare une nouvelle collection. On l'écoute dans mon salon moscovite, où j'accueille mes clients, à l'école... Quand vous entendez la musique, vous vous sentez en sécurité. Qu'il s'agisse de la musique méditative ou de Tchaïkovski."

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Conférence internationale sur les procès politiques en Tchécoslovaquie desannées cinquante

Astrid Hofmanová

Une conférence internationale sur les procès politiques dans l'ex-Tchécoslovaquie des années cinquante a lieu à Prague. Parmi ses invités,...En savoir plus

L'affaire de l'Union banka

Alain Slivinský

L'affaire de l'incapacité de paiement de l'Union banka se transforme, peu à peu, en affaire criminelle. En savoir plus

Le Tchèque Stepan Wildt a adoré son expérience au lycée Carnot de Dijon

Alena Gebertová

Stepan Wildt a 26 ans. Il a derrière lui dix années passées en France. Récemment, il a terminé les études à l'Ecole supérieure de...En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français