Le maire de Prague se grime à nouveau pour piéger les chauffeurs de taxis

Les arnaques des chauffeurs de taxi pragois... Des désagréments que connaissent de nombreux touristes et contre lesquels met en garde par exemple le ministère australien des Affaires étrangères sur ses pages internet. Plus d'un an après s'être déguisé en touriste italien et constater l'ampleur du phénomène, Pavel Bem, le maire de la capitale, a refait une tentative pour un nouvel état des lieux de la situation.

C'est toujours en prétendant être un étranger ne parlant pas la langue mais cette fois-ci, c'est en rocker, en musicien cool, que s'est déguisé Pavel Bem. Bonnet vissé sur la tête, barbe de trois jours avec petit bouc, lunettes de soleil et casque de walkman dans les oreilles, il a, à nouveau, passé quelques heures à tester les services de taxi de sa ville avec des journalistes du quotidien MfDnes. Et même si, à nouveau, certains ont tenté de saler la note, le maire a pu constater un certain progrès.

En plus, les chauffeurs des voitures dans lesquelles il est monté ne se sont pas montrer avare en informations pratiques. Ainsi, le voilà désormais au courant des meilleurs endroits où trouver de l'herbe ou des prix pratiqués pour une passe. Des tuyaux toutefois payants, c'est en tout cas ce qu'il a dû penser en entendant les prix annoncés par ces guides très spéciaux pour les mêmes trajets qu'il avait emprunté l'année dernière, entre la mairie et le Château. On lui avait alors réclamé pas moins de 800 couronnes pour une course d'environ 140. « La situation s'est beaucoup améliorée », a affirmé le maire en constatant qu'un chauffeur ne lui avait réclamé « que » le double du tarif normal. Aucun d'entre eux ne lui a donné de reçu, une obligation pourtant inscrite dans la loi.

L'année dernière, les contrôles de taxis ont doublé. Jiri Bures, directeur du département des services de taxi de la municipalité, indique qu'en 2005, 8% des chauffeurs contrôlés - contre près de 15% en 2004 - ont tenté d'arnaquer les contrôleurs qui se faisaient passer pour des clients, étrangers ou tchèques. Mais Bures concède qu'il ne sait pas lui-même si ses statistiques reflètent la réalité. Interrogé par Dnes, il se montre pourtant satisfait par l'entrée en vigueur en juillet dernier de la nouvelle législation qui permet aux contrôleurs de retirer sa licence au taxi dès constat de la tentative de fraude. Et de préciser que depuis le début du mois de janvier, 45 licences ont déjà été confisquées...