Faits et événements Le chef de l’ODS Mirek Topolánek présente ses excuses à tous ceux qu’il a offensés

22-03-2010 15:45 | Václav Richter

Dans une lettre ouverte, le chef du Parti civique démocrate (ODS), Mirek Topolánek, a présenté ses excuses à tous ceux qui pourraient se sentir offensés par ses propos récemment tenus dans un entretien informel accordé au magazine gay LUI. La presse tchèque publie et commente largement ces propos et constate que Mirek Topolánek a fait une faute grave juste au début de la campagne pour les prochaines législatives en République tchèque.

Télécharger: MP3

Mirek Topolánek, photo: CTKMirek Topolánek, photo: CTK Le chef de l’ODS et ancien Premier ministre, qui a accepté de se faire photographier pour le magazine LUI, répond pendant cette séance photo spontanément et avec désinvolture aux questions de journalistes du magazine. L’entretien, qui n’est pas destiné à la publication, finira pourtant par filtrer dans la presse à scandale, puis dans la presse sérieuse. Au cours de l’entretien, Mirek Topolánek est interrogé surtout sur son rapport vis-à-vis des homosexuels et de leurs revendications mais il évoque aussi d’autres thèmes dont les origines des Eglises. Il a dit, entre autres :

«Dans le christianisme primitif il n’y avait pas d’Eglise. L`Eglise a pris le pouvoir par l’abêtissement des masses, par le ‘brainwashing’ (lavage de cerveau). C’est de cette façon que l’Eglise a pris le pouvoir sur les gens et sur leurs cerveaux. Elle a utilisé le christianisme comme un instrument de pouvoir. Mais le christianisme lui-même n’est pas nocif. »

Jan Fischer, photo: CTKJan Fischer, photo: CTK Dans d’autres passages cités abondamment dans la presse, Mirek Topolánek critique le caractère du Tchèque moyen, électeur du Parti social-démocrate. Il s’en prend aussi à la trop grande flexibilité voire à la mollesse politique du Premier ministre, Jan Fischer, et du ministre des Transports, Gustáv Slamečka, en mentionnant maladroitement dans ce contexte l’origine juive de l’un et l’homosexualité de l’autre.

Gustáv SlamečkaGustáv Slamečka L’affaire déclanche une tempête de réactions, dont une des plus violentes est celle du chef de la social-démocratie, Jiří Paroubek, qui qualifie les propos de Mirek Topolánek de dangereux et appelle le chef de l’ODS à quitter la scène politique. L’Eglise, elle, refuse de commenter cette affaire lancée par la presse à scandale. Quant à Jan Fischer et Gustáv Slamečka, leurs réactions sont complètement différentes. Jan Fischer qualifie dans une déclaration officielle les propos en question d’offensants et d’aberrants, et annonce vouloir limiter ses contacts avec Mirek Topolánek au strict nécessaire. Par contre, Gustáv Slamečka, lui, n’est pas offensé. Il déclare bien connaître Mirek Topolánek et savoir que le chef de l’ODS n’est ni antisémite ni homophobe. Et le ministre d’affirmer que, dans sa vie publique et privée, Mirek Topolánek a toujours défendu les droits des minorités.

Dans sa lettre d’excuses, Mirek Topolánek souligne que lui sont attribuées des opinions qu’il n’a jamais eues et que ses propos ont été sortis de leur contexte. Toujours est-il que l’affaire tombe au moment où commence la campagne électorale et qu’elle risque de nuire sérieusement non seulement à Mirek Topolánek mais aussi au parti dont il est le leader. Un coup dur lui a été asséné par un membre influant du Parti civique démocrate. Le chef du Sénat, Přemysl Sobotka, a déjà appelé Mirek Topolánek à retirer son nom de la liste des candidats pour les prochaines législative et à envisager la possibilité de renoncer au poste de chef de l’ODS.

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Afrique en création : « Les gens qui viennent de différentes parties du monde et de divers cultures se comprennent »

Anne-Claire Veluire

Photo: www.afrikaonline.cz La neuvième édition du festival « Afrique en création, nous sommes tous des Africains » a commencé samedi, avec une soirée de bienfaisance consacrée...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français