Faits et événements Le 60e anniversaire du putsch communiste

25-02-2008 16:46 | Jaroslava Gissübelová

Il y a tout juste 60 ans, le putsch communiste était opéré dans l’ancienne Tchécoslovaquie : la crise du cabinet d’alors a culminé par la démission de ses ministres démocratiques et ouvert la voie à la prise de pouvoir par les communistes pour une longue période de 40 ans.

Télécharger: MP3

Klement GottwaldKlement Gottwald Le 25 février 1948, le président de la République Edvard Benes reçoit au Château de Prague le premier ministre Klement Gottwald qui lui soumet les lettres de démission de 12 ministres non communistes dans le cabinet d’alors. Le président finit par signer. Voilà la fameuse phrase par laquelle Klement Gottwald a annoncé sa victoire aux ouvriers rassemblés à la place de la Vieille-Ville de Prague :

« Je rentre du château et je peux vous assurer que le président a accepté toutes mes propositions telles qu’elles étaient formulées… »

Les événements de février en Tchécoslovaquie sont qualifiés par les politologues de renversement politique par lequel le parti communiste a pris le pouvoir d’une manière qui, du point de vue formel, était en accord avec la Constitution. Le parti communiste avait remporté les élections de 1946 mais craignant un échec lors des élections de 1948, il a alors cherché à dominer la situation : il monte une campagne de propagande dans le but de nationaliser l’industrie tout en affermissant ses positions dans les forces de sécurité. A cette fin, les comités d’action et les milices populaires, en tant qu’élément armé de la classe ouvrière, sont créés, mais leur caractère est illégal, souligne l’historien Jiří Pernes :

« Ces organes n’avaient pas d’appui dans la législation et puisqu’ils empêchaient les personnes démocratiquement élues et nommées d’exercer leurs fonctions, on peut les considérer comme des organes créés dans le but de commettre un putsch. »

Février 1948Février 1948 Une particularité du putsch communiste en Tchécoslovaquie est qu’il était soutenu par une grande partie de la population, y compris les intellectuels. Les étudiants ont été les seuls à s’y opposer, rappelle l’historien Oldřich Tůma :

« Les étudiants des écoles supérieures pragoises ont été le seul groupe organisé qui a organisé deux manifestations, deux défilés à travers Prague, le premier le 23 février et le deuxième encore le 25 février, dans l’après-midi, au pied du château de Prague mais où la police les a arrêtés… Les étudiants faisaient face à une immense supériorité des partisans du PCT mobilisés depuis la veille et entrés en grève générale… Quant aux intellectuels, ils soutenaient, dans la majorité, les communistes, après 1945… »

Jan MasarykJan Masaryk Les conséquences du putsch communiste du février 1948 furent tragiques : 241 personnes exécutées suites aux procès politiques, entre 8 000 et 10 000 morts dans des prisons, des camps de travaux, à la frontière lors des tentatives de fuite… La dimension tragique est accentuée par le décès du ministre des Affaires étrangères sans parti, Jan Masaryk, retrouvé le 10 mars sous les fenêtres de son appartement au palais Černín, siège du ministère : le rapport officiel parlait du suicide, les dernières connaissances le qualifient d’assassinat.

Le 25 février, appelé par les communistes comme la victoire des travailleurs sur la bourgeoise et la réaction, a marqué l’entrée de la Tchécoslovaquie parmi les satellites de Moscou. Oldřich Tůma le qualifie de catastrophe sans précédent dans l’histoire tchèque moderne :

« Février doit être perçu comme un événement qui a renversé l’évolution de la société tchèque qui depuis sa création, en 1918, se dirigeait vers le modèle d’un Etat ouest-européen standard, reposant sur la propriété privée, les droits civiques, la démocratie parlementaire. Tout cela a été remplacé par une expérience basée sur l’idéologie communiste. En ce sens, les conséquences du février ont été une catastrophe qui a duré des décennies et dont l’ombre touche d’une certaine manière encore la situation d’aujourd’hui… »

Partager

à découvrir

Articles les plus lus

Autres articles publiés

Consécration aux Oscars pour le duo tchéco-irlandais du film Once

Anna Kubišta

Dans la nuit de dimanche à lundi, s’est déroulée la cérémonie des Oscars à Hollywood, la grand messe du cinéma qui cette année, a vu plusieurs...En savoir plus

Base-radar et visas : deux thèmes majeurs pour Mirek Topolánek aux Etats-Unis

Alena Gebertová

Ce lundi, le Premier ministre tchèque Mirek Topolánek se rend aux Etats-Unis et au Canada. En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français