Le 25e Febiofest, sans Catherine Deneuve mais avec Arnaud Desplechin

Jeudi soir a été donné le coup d’envoi de la 25e édition du festival du film Febiofest, à Prague. Malgré l'annulation à la dernière minute de la venue de l’actrice française Catherine Deneuve, qui devait faire l’ouverture du festival, cette édition anniversaire bénéficie toutefois cette année d’une forte présence française.

Arnaud Desplechin, photo: FebiofestArnaud Desplechin, photo: Febiofest Elle était la surprise tant attendue du Febiofest cette année : Catherine Deneuve qui aurait dû recevoir jeudi soir le prix Kristián pour l’ensemble de sa carrière et présenter un de ses grands rôles dans le film Un conte de noël d’Arnaud Desplechin, a finalement annulé son séjour praguois pour raisons de santé. C’était sans compter les hasards du calendrier : le chanteur français Charles Aznavour étant justement présent dans la capitale tchèque pour un concert ce vendredi soir, les invités de la soirée inaugurale ont finalement pu profiter de la présence d’une star internationale, également récompensée à cette occasion d’un prix Kristián.

La semaine prochaine, plusieurs autres artistes français seront présents pour accompagner leurs films, comme le détaille Anna Kopecká, directrice artistique du festival Febiofest :

« Dans le programme, nous avons deux profils, c’est-à-dire une sorte de rétrospective de deux réalisateurs français. Il y a d’abord Arnaud Desplechin, qui présentera son tout dernier film Les fantômes d’Ismaël, aux côtés de l’acteur français Hippolyte Girardot. Le second réalisateur, c’est une légende du cinéma français, Leos Carax qui présentera trois de ses films, dont son dernier opus, Holy Motors. A l’heure actuelle il travaille sur un nouveau projet, mais je ne sais pas où il en est. Il a d’ailleurs longtemps refusé notre invitation à cause de ce film qu’il voulait terminer. Mais comme souvent avec lui, il se peut qu’on attende encore quelques années avant de pouvoir le voir, mais cela vaut toujours le coup d’attendre. »

Si la part belle est faite aux productions internationales, les productions tchèques sont également mises en valeur au festival, comme le relève Anna Kopecká :

« Nous allons présenter la coproduction The Interpreter de Martin Šulík, qui a été récemment présenté à la Berlinale. Nous présentons également, à notre grande joie, deux réalisatrices tchèques : le premier film de Sofie Šustková Do větru, et le moyen-métrage Neptun, d’Adéla Babanová. Nous avons aussi beaucoup de documentaires, dont un film scientifique Planeta Česko, que je recommande pour les familles. Il montre la nature tchèque comme on la voit rarement. »

Avec cette année 160 films et 450 projections, le Febiofest a vu grand à l’occasion de son 25e anniversaire. Si elle est nouvelle dans l’équipe, Anna Kopecká tire un petit bilan de ce quart de siècle d’existence :

« Le festival a commencé une sorte d’événement de passionnés autour de Fero Fenič, le directeur. Depuis, il a grandi et a atteint une ampleur inattendue. Grâce au travail des équipes avant nous, il est devenu l’événement le plus important à Prague en matière de cinéma international. Le festival propose les tout derniers films sortis dans le monde, cela peut-être soit des succès de festivals, soit des succès publics. C’est cela qui fait la force de ce festival : il propose à la fois des films exigeants mais aussi des films pour se relaxer. »

Le festival s’achèvera le 23 mars, avant de partir près d’un mois en régions du 26 mars au 21 avril.