Faits et événements L’assistance sexuelle pour les personnes handicapées désormais une réalité en Tchéquie

06-11-2015 15:00 | Pierre Meignan

L’assistance sexuelle pour les personnes handicapées est désormais une réalité en République tchèque. Avec le blanc-seing du ministère de l’Intérieur, cinq femmes viennent de parachever une formation élaborée par l’association Rozkoš bez rizika (Le Plaisir sans risque). Un service, critiqué par certaines associations féministes, qui recouvre deux aspects, un conseil aux personnes handicapées et une assistance sexuelle active.

Télécharger: MP3

Photo: ČT24Photo: ČT24 Dans des pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas ou bien dans certains cantons suisses, l’assistance sexuelle est un secteur professionnel reconnu. Ce n’est pas le cas par exemple en France, où la pratique est assimilée à la prostitution. En Tchéquie, c’est cette organisation Rozkoš bez rizika, laquelle travaille depuis 1992 à l’accompagnement et à la défense des droits des prostituées, qui s’est emparée de ce sujet jusqu’alors délaissé du besoin des personnes hankokosdicapées, physiques ou mentales, à pouvoir s’épanouir sur le plan sexuel. Présidente de l’association, Lucie Šídová a détaillé la naissance de ce projet pour la Radio tchèque :

Lucie Šídová, photo: Archives d'organisation Rozkoš bez rizikaLucie Šídová, photo: Archives d'organisation Rozkoš bez rizika « Nous avons lancé ce thème via un article sur l’assistance sexuelle. Nous l’avons ensuite abordé dans le cadre d’une conférence qui a eu un important retentissement, que ce soit dans les médias, auprès des institutions qui aident les handicapés ou bien tout simplement auprès de ces personnes et de leurs familles. Nous nous sommes rendu compte qu’il s’agissait d’un thème que personne ne traite ici et qu’il y a pourtant une demande à ce sujet. »

La partie tchèque s’est appuyée sur l’expérience étrangère et en particulier sur celle de la Suisse, où des formations existent depuis déjà plus de dix ans. L’association alémanique InSeBe (pour Initiative SexualBegleitung) et la sexopédagogue Catherine Agthe Diserens ont ainsi prêté main forte à Rozkoš bez rizika pour encadrer les apprenties assistantes sexuelles et certains professionnels du soutien aux personnes handicapées. L’assistanat sexuel s’articule autour de deux orientations. Il y a d’une part un accompagnement des handicapés dans leur sexualité par le conseil et l’information, par exemple à propos des jouets sexuels adaptés à leur situation, un service qui était déjà rendu jusqu’à présent par des « assistantes intimes », et d’autre part les prestations sexuelles. Légalement, l’association n’a pas le droit de joueur le rôle d’intermédiaire entre ces professionnels et leurs clients potentiels sous peine d’être considérée comme un proxénète. Un point que regrette Lucie Šídová :

Photo illustrative: Praiseng / freedigitalphotosPhoto illustrative: Praiseng / freedigitalphotos « En République tchèque, à l’heure actuelle, il est légalement possible de fournir des services sexuels contre rémunération. Nous avons évidemment fait les vérifications nécessaires et demandé l’avis juridique du ministère de l’Intérieur, une expertise sur laquelle nous nous appuyons. Donc nous pouvons former des assistantes sexuelles mais nous ne pouvons pas ensuite les mettre en contact avec des clients. Nous pouvons fournir une liste de leurs noms mais c’est aussi un sujet controversé. Quoi qu’il en soit, ces femmes existent désormais et des personnes souffrant d’un handicap se tournent vers elles. Donc je pense qu’il ne sera pas difficile de les trouver sur internet. »

Même avec la meilleure volonté du monde, il sera en revanche très complexe de trouver des hommes. L’association, qui travaille exclusivement avec des travailleuses du sexe, des personnes qui ont déjà l’expérience du contact des corps indique Lucie Šídová, n’envisage pas à moyen terme de former des assistants sexuels. Elle précise cependant que les assistances interviennent également auprès de femmes, « pour les aider à découvrir leur sexualité ». La position de Rozkoš bez rizika ne fait toutefois pas l’unanimité parmi les organisations féministes, dont certaines condamnent toute forme de prostitution en tant qu’elle constitue une marchandisation du corps des femmes.

Partager

à découvrir

Articles les plus lus

Autres articles publiés

« Les écrivains sont des individus fondamentalement politiques »

Anna Kubišta

Du 6 au 9 novembre, la capitale tchèque accueille la 25e édition du Festival des écrivains de Prague. Cette année, le thème central...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français