L’apéro francophone de Prague, un rendez-vous incontournable

Ils se retrouvent depuis deux ans chaque semaine dans la cour du Pivní bar, en plein cœur de Prague. Français principalement, mais aussi Tchèques souhaitant pratiquer la langue de Molière, ils sont des dizaines à fréquenter l’apéro francophone du mercredi soir. Radio Prague est allé leur rendre visite.

Photo: Facebook des apéros francophones du mercredi à PraguePhoto: Facebook des apéros francophones du mercredi à Prague L’endroit ne paye pas de mine. C’est une petite porte discrète de la rue Blanická, dans le deuxième arrondissement de Prague, qui permet d’accéder au Pivní bar. Au comptoir, le patron, tchécophone uniquement, sert essentiellement de la bière Chotěboř ; c’est un bar tchèque presque comme les autres. A ceci près que tous les mercredis soirs, on y mange du fromage et du saucisson, et surtout, on y parle français. Ce mercredi, c’était déjà la 110e édition d’un rendez-vous lancé au début de l’été 2015. Christophe, installé à Prague depuis deux ans, est l’initiateur du projet :

« J’ai vu qu’il manquait des soirées françaises à Prague, pour les Français comme pour les Tchèques désireux d’apprendre le français. Au début j’en organisais une par mois. Il y a eu de plus en plus de demandes, alors je me suis dit : ‘Pour un été, on va le faire tous les mercredis’. Puis ça a marché et les gens venaient. »

Un succès tel que l’événement est prolongé bien au-delà de ce premier été. Avec ses amis Fred, arrivé en Tchèquie comme lui il y a quatre ans, et Ana, Tchèque francophone, ce sont les piliers de l’événement. Eté oblige, ils sont une petite dizaine ce mercredi soir, là où ils peuvent être deux ou trois fois plus durant l’année. On y retrouve un public varié : touristes de passage, étudiants en échange ou expatriés de longue date. Jan fait partie des quelques Tchèques qui aiment fréquenter l’événement :

« Je n’ai pas d’autres occasions de parler le français. J’ai vécu assez longtemps en France : j’ai étudié à la Sorbonne et ensuite j’ai travaillé à la Bibliothèque nationale de France. En revenant en République tchèque, je ne voulais pas perdre mon français. »

Pour beaucoup de Français qui s’installent en République tchèque, c’est l’occasion de faire des rencontres, dans une ville où ils ne connaissent encore personne. Cela a été le cas de Frédéric, installé à Prague depuis un an et demi :

« Je suis venu pratiquement tout de suite, je ne connaissais personne. J’étais allé à un concert d’un artiste qui chante en français, Pierre Desfilhes. Il y avait un certain nombre de Français. Je leur ai dit ‘Moi je débarque, je ne connais personne’. Ils m’ont parlé de l’apéro et depuis, je viens. »

Ce soir, c’est autour de toasts de fromage ramenés par Christophe que se déroule l’apéro. Une possibilité laissée par le patron du bar, qui apprécie les Français au point de leur allumer à l’occasion le barbecue dans la cour. Christophe :

« Quand le bar a ouvert, il avait très peu de clients, seulement quelques Tchèques. On est venu apporter une petite touche d’exotisme, et on est très bien appréciés. Tellement qu’on y fait ce qu’on veut. »

Ce qu’ils veulent, c’est parfois faire durer la soirée jusqu’au bout de la nuit. Mais au-delà d’un simple apéritif, l’événement est parfois très utile pour les habitués : certains y ont trouvé un travail, d’autres un logement.