Faits et événements La République tchèque a du mal à s'ouvrir aux étrangers

22-03-2004 | Magdalena Segertová

A l'approche de l'entrée de la République tchèque dans l'UE, les Tchèques se posent de plus en plus de questions sur leur accès au marché du travail européen. Mais l'inverse n'est pas moins intéressant : d'après un sondage du Centre de recherche en opinion publique, de nombreux Tchèques seraient hostiles à l'idée d'une Bohême et d'une Moravie multinationales et multicolores.

Télécharger: RealAudio

Ayant vécu, pendant plusieurs décennies, dans une société close, dont quelques-uns des piliers étaient l'unanimité et la non-différence, les Tchèques auraient, dans leur ensemble, peur des étrangers. Ils manqueraient de tolérance, de confiance et seraient imbus de préjugés. Une enquête, effectuée en juin dernier auprès d'un millier de Tchèques et publiée par le journal Hospodarske noviny, l'a confirmé : trois sondés sur quatre perçoivent la présence des étrangers en Tchéquie comme problématique, 17% des interrogés la qualifient d'indésirable.

Plus étonnant encore, ces attitudes quelque peu xénophobes sont les plus marquantes à Prague et dans d'autres grandes villes, ainsi que dans le nord-ouest du pays. "Les plus hostiles à l'égard des étrangers sont ceux qui ont le plus d'expériences avec les nouveaux venus", constate Hospodarske noviny. Si la République tchèque continue sa politique de migration, très sévère à l'échelle européenne, ses habitants n'ont rien à craindre. Seulement 2% des étrangers obtiennent l'asile en République tchèque et recevoir un permis de séjour de courte ou de longue durée n'est pas plus facile. Résultat : les étrangers ne représentent ici que 2% de la population, un chiffre bien inférieur aux 19% en Suisse, 9% en Allemagne et en Belgique, ou 6% en France.

La main-d'oeuvre bon marché, tant redoutée par les Tchèques, se recrute parmi les Ukrainiens, les Slovaques, les Vietnamiens et les Polonais. Le profil de l'immigré a changé depuis le début des années 1990 : les diplômés ont pris le pas sur les ouvriers. Mais les autorités tchèques ne semblent pas vouloir en profiter, et ce malgré, comme l'écrit l'hebdomadaire Respekt, "les prévisions économiques et démographiques sur la société vieillissante, inflexible, qui souffre d'un manque d'idées et de travailleurs." Le gouvernement a lancé un programme spécial destiné aux candidats étrangers pour des postes en Tchéquie, diplômés d'écoles supérieures et parlant le tchèque. Ils pourraient obtenir facilement le permis de séjour et, dans un délai très court de deux ans et demi, demander la citoyenneté tchèque. Une idée presque révolutionnaire, mais seulement au premier abord, car le projet est limité à trois nationalités : bulgare, croate et kazakh. Les communautés étrangères les plus importantes en Tchéquie sont, quant à elles, hors-jeu.

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Un an après le début de la guerre en Irak ? Et alors ?

Guillaume Narguet

Un an après le déclenchement de la guerre en Irak, des manifestations pacifistes se sont tenues, samedi, un peu partout dans le monde, mobilisant...En savoir plus

Bonjour Brno

Jaroslava Gissübelová

L'Alliance française de Brno, les services culturels de l'Ambassade de France en République tchèque et l'Institut français de Prague...En savoir plus

Les soldats tchèques au Kosovo

Alain Slivinský

En savoir plus

Week-end sportif

Guillaume Narguet

C'est le football qui tenait le haut de l'affiche ce week-end en République tchèque. La 22e journée du championnat de première division...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français