La presse tchèque ne condamne pas Zidane

Trois jours après la victoire de l'Italie contre la France en finale de la Coupe du monde de football, la presse tchèque continue de revenir en long et en large sur l'expulsion de Zinédine Zidane. Après avoir condamné dans un premier temps le coup de tête de celui qui a été désigné meilleur joueur du tournoi par la FIFA, les journaux pragois cherchent désormais à comprendre.

Zinédine Zidane, photo: CTKZinédine Zidane, photo: CTK « Bravo, Zizou ! ». Etonnant, et pourtant... C'est bien le titre qu'a choisi un commentateur du quotidien Lidové noviny pour analyser le coup de sang du meneur de jeu français. Malgré les négociations qui s'éternisent pour la formation d'une nouvelle coalition gouvernementale, c'est « l'affaire Zidane » que le journal avait choisie comme thème principal du jour, mardi. Lidové noviny rappelle certes que d'autres mésaventures semblables à celle de la finale emmaillent la carrière du joueur, mais se pose aussi certaines questions. « Qu'a-t-il fait de si terrible après tout ? », s'interroge le journaliste, avant de répondre en estimant qu'il « a oublié qu'il disputait une grande finale pour punir un goujat, un malotru. »

Dans son édition de mercredi, comme beaucoup d'autres observateurs, Mlada fronta Dnes évoque, elle, « la tragédie Zidane ». « Le héros est tombé. Zidane n'était pas superman, mais un être humain. Sa tragédie est une affaire tout à fait personnelle. Mais ce serait une énorme perte si son départ infamant des terrains de football faisait oublier l'homme modèle qu'il est », peut-on lire dans l'un des quotidiens les plus vendus dans le pays.

Photo: CTKPhoto: CTK D'une manière générale, tous les journaux condamnent le comportement du défenseur italien Marco Materazzi. « Qui était fou ? » se demande même une nouvelle fois Lidové noviny, en se faisant l'avocat du Français. « Celui qui fait des bêtises s'excuse généralement également bêtement, explique le responsable de la rubrique sportive. Comme Marco Materazzi. Le défenseur italien, dont les actes brutaux font désormais le tour du monde sur Internet, a enfin avoué qu'il avait insulté Zidane, même s'il n'a pas précisé comment. Il s'est défendu en se faisant passer pour un idiot qui ne sait pas ce qu'est un terroriste. Il a également affirmé que son insulte était fréquente sur les terrains de foot. Vraiment ? Faut-il croire que Zidane est assez fou pour se laisser provoquer par des insultes auxquelles il doit être habitué et gâcher sa réputation ? Non ! Nous savons qui s'est comporté comme un fou dimanche. Et ce n'était pas Zidane », conclut l'auteur.