La photo de presse et ses stéréotypes selon Edouard Levé

Maintenant, place aux Actualités... oui, avec un "A" majuscule, car il s'agit du titre d'une exposition de photographies que l'on peut voir, à partir de cette semaine et jusqu'à la mi-janvier, à l'Institut français de Prague. Magdalena Segertova a rencontré leur auteur, Edouard Levé.

Actualités d'Edouard Levé ressemblent à des photos que l'on retrouve tous les jours dans la presse internationale : des hommes politiques et des responsables économiques s'y rencontrent, se serrent la main, signent des accords, assistent à des conférences et inaugurations, discutent, donnent des discours. Mais il y a quelque chose qui ne va pas... Edouard Levé.

"J'ai retiré tous les signes de reconnaissance : on ne sait pas dans quel pays ça se passe, ni quand ça se passe, ni qui est sur l'image, puisque ce sont des anonymes. Je voulais montrer les stéréotypes qu'utilise la presse pour montrer ces scènes. C'est une analyse des modes de représentation du pouvoir politique. Au départ, j'ai collectionné beaucoup d'images sur le même sujet, par exemple la déclaration d'un homme à la presse, j'ai tenté de les oublier et quelques semaines après, j'ai redessiné de mémoire l'image qui me semblait résumer celles que j'avais collectionné sur un même sujet. La photographie, c'est une mise en scène, dans un studio, avec un modèle. Je lui montre le dessin et je lui demande de le rejouer. On arrive souvent à des compositions qui rappellent des peintures figuratives de la Renaissance ou même la peinture flamande, avec un fond gris, des costumes sombres et des visages inexpressifs. J'ai cherché à faire une sorte d'images génériques, une banque de donné d'images pour événements qui n'ont pas eu lieu."